: Jean-Michel Lemonnier, bloc-notes: Amazonie
Affichage des articles dont le libellé est Amazonie. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Amazonie. Afficher tous les articles

mardi 30 juin 2015

Daniel Everett, linguiste (ancien du S.I.L.*) et la langue pirahã - Peuple Pirahã


Peuple amazonien, anhistorique, sans mythes, sans cosmogonie, sans dieu(x), vivant dans un éternel présent...Liens entre la langue et leur régime existentiel...
Articles scientifiques, de vulgarisation et journaux :
Dictionnaire pirahã-français
http://www.omniglot.com/writing/piraha.php
http://itre.cis.upenn.edu/~myl/languagelog/archives/001387.html
Number as a cognitive technology: Evidence from Pirahã language and cognition q Michael C. Frank a , Daniel L. Everett b , Evelina Fedorenko a , Edward Gibson a, *
Le site d'Everett
http://daneverettbooks.com/wp-content/uploads/2014/04/Everett.CA_.Piraha.pdf
Piraha Exceptionality: a Reassessment Andrew Ira Nevins, David Pesetsky, Cilene Rodrigues June 2009
http://www.theguardian.com/education/2004/oct/21/research.highereducation1
http://hypescience.com/o-misterioso-povo-pirarra-e-o-idioma-mais-estranho-do-mundo/
http://www.elmundo.es/elmundo/2007/05/07/ciencia/1178524552.html?a=6cf50976dcb4ee8dea6c135a37ed6316&t=1178540872
http://pib.socioambiental.org/en/povo/piraha
Tribe Helps Linguist Argue with Prevailing Theory
http://www.survivalfrance.org/textes/3163-entretien-avec-dan-everett
http://www.courrierinternational.com/article/2008/12/04/missionnaire-sans-foi
*Le summer institute of linguistics (SIL) est sans aucun doute l’institution missionnaire protestante la plus puissante et la plus répandue dans toute l’Amérique latine, présente dans douze pays et ayant une influence considérable sur le monde amérindien, particulièrement en Colombie. Sous couvert de recherches scientifiques, d’étude des langues indigènes et d’aide humanitaire, elle oeuvre en fait pour l’évangélisation des communautés où elle s’implante. Cet organisme à pour fondement les croyances millénaristes évangéliques, basées sur la conquête religieuse du monde (Voir aussi page "peuples autochtones" sur ce blogue).



samedi 13 septembre 2014

La gauche brésilienne, complice d'un ethnocide et d'un désastre écologique !


La mère Rousseff, catho de gauche productiviste, se fout des "peuples premiers" (mais qu'est-ce que 800000 "sauvages" à tout casser dans un pays qui compte  200 millions d'habitants ?) et ne  définit ceux-ci que par le travail (finalement représentative de ces gauches marxistes ou non qui refusent de s'interroger sur leur rapport à l'altérité ; leurs discours sur le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, elles peuvent donc se les foutre au cul). Selon elle, ils n'ont d'avenir que s'ils acceptent leur transformation en prolétaires et, par incidence, leur déportation dans des usines minables, parqués dans des immeubles ou des pavillons tout aussi minables  dans les grands centres urbains tels ceux de la mégalopole en formation de la côte Est brésilienne...Ce qui constitue en somme -selon Rousseff et ces humanistes de gauche, parfois de bonne foi et c'est ça le pire sans doute- un progrès qui doit bénéficier à ces "primitifs improductifs"...

Par ailleurs, l'acronyme BRICS qui dit implicitement que Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud sont au "même niveau" (ou quasiment en termes de "développement " et d'indépendance vis-à-vis du B.A.O.) est une aberration ou un mensonge, conséquence de cette maladie qu'est le  "typologisme" en  géographie économique, avec bien sûr le sous-entendu qui est que les politiques  de développement  identiques d'un bout à l'autre du Globe assureront un futur radieux à tous ces pays.
La vérité concernant le Brésil, c'est qu'il est devenu essentiellement un exportateur de matières premières agricoles qui nourrissent le bétail de la Chine ou celui des Etats européens, tout ça s'est fait, bien sûr, avec de désastreuses conséquences sur l'environnement : la forêt amazonienne brésilienne rétrécit comme une peau de chagrin et les peuples premiers que même la dictature militaire brésilienne n'avait pas réussi à molester autant que ces pourris de prétendus progressistes à la Rousseff en viendraient (presque) à regretter le maréchal Branco...

Le développement du Brésil... (ces couillons qui parlent hypocritement de Développement Durable, autrement dit de "capitalisme vert"  pour le Brésil me filent de l'urticaire) doit passer, notamment, par la création d'usines hydroélectriques (un projet de construction de 20 barrages est sur la table du gouvernement brésilien), l'augmentation du cheptel bovin, l'accroissement des SAU nécessaire à l'agro-business, au détriment des surfaces forestières de l'Amazonie brésilienne...L'arrivée des gauchos d'origine italienne ou allemande a été catastrophique pour l'Amazonie dans les années 60. De l'exploitation du Cerrado (la savane arborée tropicale) sous la dictature, on est passé à celle, à marche forcée, de la forêt proprement dite depuis les années 80 avec les régimes "libéraux-progressistes". Finalement, ces derniers sont ainsi (aussi) bien plus efficaces que les "militaires" dans cette destruction de ce trésor qu'est la forêt brésilienne. Enfin, cette situation aboutit à des conflits entre Amérindiens et petits paysans qui viennent chercher des terres. 



Les pauvres se foutent sur la gueule pendant que les agro-industriels se remplissent les poches avec un modèle d'exploitation des sols (et de la forêt de fait) non-viable soutenu par la "gauche brésilienne" qui mène droit au désastre : économique, social et écologique... Des élu-e-s comme Katia Abreu, violemment "indianophobes" considèrent que le développement du Brésil doit passer à la vitesse supérieure. Cette Abreu, propriétaire terrien extrêmement influente, fait partie d'un groupe politique (PMDB) "héritier" de la dictature militaire qui fait du lobbying ruraliste et défend, de fait, le modèle agricole brésilien capialiste. Le PMDB est autant un  allié du parti socialiste brésilien et que du Parti des Travailleurs de Rousseff et de Lula...Des militaires d'extrême-doite à la gauche progressiste, la boucle est bouclée...Ajoutons que le président du CIMI n'a pas eu de mots assez forts pour condammer la politique indigéniste menée par cette gauchiste repentie et véritable libérale de Rousseff.


La fine équipe : Dilma et Abreu. Crédit photo. : http://www.redeto.com.br/noticia-8700-katia-abreu-acompanha-dilma-na-abertura-da-colheita-da-safra.html


Pourquoi donc s'acharner sur le cas de Marina Silva, candidate à la présidentielle brésilienne et principale concurrente de Dilma Rousseff, sous le prétexte qu'elle est évangélique (et non évangéliste, a priori il n'en existe que 4 des "évangélistes"...)? Rousseff est catholique et quoi ? Elle avait les mains libres vis-à-vis du FMI (1) et la Banque Mondiale ? On pointe ici et là les liens entre Marina Silva et les Rothschild...Soit..Mais, le pognon qui sert à financer l'agrobusiness des Abreu et cie ou les barrages brésiliens, viendrait-il d'une banque coopérative "éthique" et "responsable" créée par de joyeux gauchistes ?
Par ailleurs, rappelons que Rousseff et Lula n'ont pas été les derniers à draguer l'électorat évangélique. Lula a, par exemple, fait alliance en 2002 avec José Alencar qui avait adhéré au Parti Municipalisé Rénovateur (PMR) créé par l'Eglise Universelle du Royaume de Dieu.  Les évangéliques ont donc déjà participé au banquet du pouvoir...
Bref, la politique de développement courtermiste du Brésil est parfaitement désastreuse. Silva, si elle est élue,  maintiendra le Brésil sur la ligne de ses prédécesseurs...elle ne fera guère plus...guère pire...

mercredi 3 septembre 2014

L'enfant "bon sauvage" du monde occidental contre l'enfant des sociétés traditionnelles...


"Le bon sauvage" et, de fait, "l'enfant sauvage" c'est la parfaite image anti-rousseauiste, bien intégrée par l'ethnologue du dimanche amateur de safaris au Kenya organisé pour lui et ses semblables appartenant aux meutes de touristes occidentaux qui veulent (qui exigent) de "l'authentique" organisé selon leurs fantasmes...logés, torchés dans un hôtel 3 étoiles à 2 km d'un (in-)authentique campement Masaï ou payant une fortune pour un stage d'initiation chamanique en Amazonie péruvienne avec un pseudo-chaman, salarié d'un "tour operator". Il faut satisfaire au désir d'évasion, de retour aux sources, de ces troupeaux de classes moyennes lassées par la vacuité de leur quotidien et fascinées par les aventures télé-perfusées des grands bourgeois ados attardés durablement, façon Nicolas Hulot ou Y-A Bertrand, partout chez eux bienvenus nulle part..."en terre inconnue"...

"L'enfant sauvage" c'est, en réalité, le consommateur rebelle (tout est dit avec cet oxymoron), "l'ange exterminateur" du producteur, c'est celui qui infeste les Ecoles "occidentales" (des Etats-Unis à la Suède...) et...les galeries marchandes..."L'enfant sauvage" c'est donc uniquement le gosse azimuté non-élevé, mais consommateur ô combien bien dressé du "monde occidental" (un monde-modèle étendu à toute la planète ou presque) mais surtout pas l'enfant des sociétés traditionnelles. Dans ces dernières, l'éducation, certes libertaire par endroit, est forcément marquée par un très grand conservatisme puisque c'est le seul moyen de préserver ces sociétés contre leur disparition. Pas de "rebelles" ou d'asociaux chez les Papous ou chez les Kayapos..."L'enfant sauvage", ce n'est pas non plus l'enfant serbe ou russe élevé dans une authentique famille traditionnaliste chrétienne orthodoxe...

vendredi 13 juin 2014

La forêt d'Emeraude, 1985 - sociétés primitives


Mépris pour l'histoire à la mode structuraliste ou à la sauce éliadéenne, mépris pour ce "stupide XVIIIe siècle", pour ces bourgeois libéraux à la Voltaire tout autant que pour certains de ces communistes qui en sont encore crétinement (ou cyniquement), à se revendiquer des Lumières, de la révolution française ? Peut-être bien...et pourquoi pas?!...Voltaire "ce géniteur de lieux communs en tous genres : 'Forcez les hommes au travail, vous les rendrez honnêtes gens.' Oh ! laudateur de la liberté, comment ne voyait-il pas qu'il annonçait les camps de concentration?" (Jacques Ellul)... Le guerrier aristocrate progressivement remplacé jusqu'à disparition totale par le bourgeois commerçant (mais on pourra nous rétorquer que l'organisation tripartite de la société médiévale est déjà "in-volution"). L'Eglise petit à petit corrompue par la morale bourgeoise et qui finira par justifier théologiquement l'exploitation de l'homme par son semblable. Les révolutionnaires du XIXe s., puis la classe ouvrière occidentale ("l'aristocratie ouvrière"...) contaminés par le mythe bourgeois du travail libérateur...La désacralisation définitive du cosmos (le rationalisme...) arrivée à son terme au XIXe s. qui condamne l'homme à vivre dans un monde sans sens supérieur, soumis à la technique, à la technoscience, à la quête exclusive de son petit intérêt. Il est inutile de comptabiliser le nombre de crétins que cette dernière assertion fera ricaner ou plutôt enrager car il y ici le crime primordial, fondateur de l'"Occident moderne", dont l'histoire est un long processus devant aboutir à rendre le cosmos parfaitement inerte (Lemonnier, 13 juin 2014). 

Les groupes tribalites amazoniens, les sociétés traditionnelles : la phase paradisiaque de l'humanité ? Rouseausisme vous répondra-t-on ! Entendu un milliard de fois. Mais Rousseau c'est le "contrat social", il écrit ainsi que  l'homme à l'état de nature est un être "stupide et borné"L'état de nature pour Rousseau, Hobbes ou Locke, c'est une "hypothèse de travail"...


Bref, ici la bande-annonce du célèbrissime film de John Boorman, en ce jour d'ouverture des jeux du cirque mondialisés au Brésil...

"Dans la société primitive, société par essence égalitaire, les hommes sont maîtres de leur activité, maîtres de la circulation des produits de cette activité : ils n’agissent que pour eux-mêmes, quand bien même la loi d’échange des biens médiatise le rapport direct de l’homme à son produit. Tout est bouleversé, par conséquent, lorsque l’activité de production est détournée de son but initial, lorsque, au lieu de produire seulement pour lui-même, l’homme primitif produit aussi pour les autres, sans échange et sans réciprocité." Pierre Clastres, La société contre l'Etat, 1974
"Ils vivent comme les oiseaux du ciel, de ce que leurs femmes peuvent cueillir dans la forêt, ou de ce qu'ils chassent eux-mêmes à l'arc. Nomades, ils ne s'attachent à rien. Ils vivent uniquement dans le présent, en dehors de "l'histoire".  Mircea Eliade à propos des Pygmées, 20 janvier 1946, Fragments d'un journal.

Un autre regard sur la nature selon le même John Boorman : Délivrance-1972