: Jean-Michel Lemonnier, bloc-notes: Haute-Bretagne
Affichage des articles dont le libellé est Haute-Bretagne. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Haute-Bretagne. Afficher tous les articles

jeudi 14 janvier 2016

Croix de Belenos et saint Michel Archange - Gargantua, fils de Belenos - introduction (partie VII)


VOIR auparavant sur ce blogue :

http://jeanmichel-lemonnier.blogspot.fr/2015/03/croix-de-belenos-et-saint-michel.html
http://jeanmichel-lemonnier.blogspot.fr/2013/10/croix-de-saint-michel-de-belenos-en.html

On reprendra donc ici l'étude (dernière publication début 2015) des rapports entre Belenos, saint Michel archange et leur "grande croix" bretonne, le complexe mégalithique de l'arrière pays du Mt-St-Michel en étendant géographiquement l'étude à la partie occidentale de l'Ille et Vilaine (monuments mégalithiques de St-Suliac, du mont Garreau et légende gargantuesque associée). Le travail de Paul Béziers  à l'appui.
En guise de présentation à cette nouvelle partie de notre travail, on peut rappeler que l'on sait avec quasi-certitude que le fameux Gargantua popularisé par Rabelais, est un dieu celtique (qui peut être) gaulois. Gargantua serait le fils de Belenos (cf. Geoffroi de Monmouth). Chez Rabelais le père du géant se nomme Grandgousier. Si on veut établir une homologation entre le dieu gaulois et le personnage littéraire, on peut conclure que celui-ci ne serait autre que Belenos, lui-même fils de Taranis.
Moins répandue est l'hypothèse d'un Gargantua appartenant à la catégorie des héros civilisateurs des temps mythiques. On trouve traces des légendes mettant en scène ce personnage, le long des voies romaines. Gargantua serait alors celui qui défriche et crée des voies de passages. De passage, on passe à passeur. Gargantua devient passeur, peut-être celui qui transmet...qui pose un geste aux origines et dévoile aux hommes une activité, forcément sacrée.
Si l'on veut faire un peu de philologie, on recherche les origines du nom Gargantua. On trouve alors que le nom vient du latin gurges qui signifie gouffre qui aurait donné Gargan (on reviendra sur le mont Gargan italien, frère jumeau du Mt-St-Michel d'un point de vue de sa création mythistorique en tant que lieu sacré) issu du latin gurges (gouffre). A partir du radical Garg se forme le mot gargate qui a donné gorge en français moderne ou en core gargariser. Gargan ou gargant est un participe présent signifiant avalant. Garguanta devient alors l'avalant. On retrouve ici une caractéristique du personnage littéraire : sa gloutonnerie. 

à suivre...

jeudi 18 septembre 2014

Du cosmos paysan au chaos marchand...



La disparition définitive du paysan après-guerre en France, remplacé par  l'agro-industriel (qui refuse de faire bouffer sa production excrémentielle à ses propres enfants), la déportation des masses rurales (euphémisée en exode rural) vers les  "symboles de la modernité" (quartiers de grands ensembles et usine à proximité...) constituent évidemment un des plus grands  drames du XXe siècle. Et, c'est moins sur l'évolution du mode de production agricole que sur les mutations socio-spatiales dans les campagnes -même si les deux dynamiques sont intimement liées- que nous voulons insister ici.

Il est inutile de s'appesantir sur cette évidence qui est que ces migrations vers la ville répondaient aux exigences du capitalisme. Les grands ensembles d'habitations construits pour ces migrants, (enfants de) cultivateurs ou d'artisans des campagnes devenus ouvriers,  se sont rapidement transformés en hauts-lieux de concentration de la misère, du fait de l'apparition du chômage de masse dans les années 70, des dynamiques de peuplement, dépeuplement et de repeuplement que l’on connaît (voir l'idéologie pavillonnaire cauchemardesque en retour permis par l'avènement des classes moyennes issues de la disparition des valeurs la "vieille France", qui s'achètent leur pavillon...).

Mais si aucun des agents du système de domination, toujours dans l'air du temps, systématiquement dans le sens du vent...de l'histoire,  n'oublie de rappeler, à chaque évocation de ces quartiers de grands ensembles, qu'à l'époque "ces endroits, c'était le paradis" (la leçon est souvent donnée avec ce petit air supérieur si caractéristique de certains de ces spécialistes de l'ignorance, de la dissimulation et du mensonge pris entre cette envie d'instruire ou plutôt d'en "montrer" et cet insatiable besoin de mépriser...)...

...peu parmi eux (parce qu'ils se sentent concernés, par idéologie...) dénoncent le fait fondamental que cette désertification du monde rural, en Bretagne notamment, a permis...à tout un tas de parasites, issus de la bourgeoisie post-1945 et à cette néo-bourgeoisie post-1968 (gauchistes enrichis inclus) (1), d'acquérir, pour une bouchée de pain, tout un patrimoine bâti et des terres qui appartenaient à nos vieilles familles paysannes de l’héritage pagano-chrétien, enracinées millénairement en leurs vieilles terres du soleil couchant. 
Ces maisons, ces terres, ces sols ont été littéralement volés (2) aux familles de cette antique Bretagne du don et de l'échange agonistique dont les ascendants, contrairement à la "légende républicaine", n'ont jamais (vraiment) suivi les curés et les aristos lors de la  guerre civile de la fin du XVIIIe s., mais combattaient, finalement, avec grande intelligence et RAISON (à considérer donc les terribles mutations socio-spatiales des XIXe et XXe s., retardées en Bretagne du fait de structures communautaires -parfois parfaitement autarciques- et familiales particulières), l'avènement des nouvelles puissances de la domination et de l'aveuglement des "Lumières"...

Tous ces voleurs se sont "goinfrés", s'appropriant une côte (à titre d'exemple, voir l'évolution des prix du foncier depuis 50 ans, sur cette zone allant de Saint-Brieuc au Mont-Saint-Michel en passant par le Vivier-sur-Mer) ou encore le très recherché arrière-pays de la baie du Mont...Elus, promoteurs immobiliers, aménageurs, urbanistes, architectes, agences immobilières (3) et "spéculateurs-rentiers" ont été complices à des degrés divers de la mort de cette société traditionnelle et de la disparition de ce ou de ces "cosmos" (vivre à la campagne c'était adhérer à une métaphysique particulière), faisant place nette à cet espace du chaos de la domination marchande, du profit et de la ségrégation par l'argent...

(1) Il ne faut évidemment pas considérer la bourgeoisie comme une catégorie figée...mais en faire une catégorie sociale "hors du temps", arrange, plutôt bien, les intellectuels prétendument contestataires de "gauche"...et pour cause, beaucoup parmi eux appartiennent à cette néo-bourgeoisie qui prend le pouvoir en mai 1968
(2) Un vol parfaitement "légal"... En outre, imaginer qu'un marché de l'immobilier ou des types de transactions marchandes, de spéculations poussées concernant l'habitat, le prix du foncier, tels que nous les connaissons aujourd'hui, aient pu exister dans ce monde du paysan de Haute-Bretagne est bien sûr du plus grand grotesque
Par ailleurs, la sociologie ministérielle parle essentiellement d'un désir de rompre avec la logique du monde capitaliste, de "retour à la nature" (comme c'est romantique...) dans ces années 60 et 70, sans jamais critiquer cette appropriation de l'espace par tous ces parvenus, ni la spéculation immobilière qui s'en suit...Ce sont les mêmes types de "chercheurs" qui ne sont plus que des paraphraseurs plein de déférence à l'égard de leurs maîtres (Deleuze, Foucault, Bourdieu...) qui s'intéressent, aujourd'hui, aux nouvelles sociabilités artificielles sur ces espaces urbains périphériques ou post-ruraux investis par les précédents cités, après avoir vomi les solidarités profondes campagnardes plus généralement familiales, profondément anti-capitalistes pourtant (voilà un excellent sujet de réflexion qui peut mener à des conclusions très "désagréables")...
(3) Les plus anciennes agences immobilières de France o­nt été créées par...des Anglais au XIXe s.


Le village de Cherrueix...avant d'être coupé en deux (comme fréquemment ailleurs) par une ces routes bitumées satisfaisant à l'obligation de modernité : mobilité (travail, tourisme de masse, désenclavement...), expansion économique. Celle-ci mène au Mt-St-Michel...

mardi 22 juillet 2014

Balzac, Les Chouans



« La Bretagne est, de toute la France, le pays où les mœurs gauloises ont laissé les plus fortes empreintes. Les parties de cette province où, de nos jours encore, la vie sauvage et l’esprit superstitieux de nos rudes aïeux sont restés, pour ainsi dire, flagrants, se nomment le pays des Gars. Lorsqu’un canton est habité par nombre de Sauvages semblables à celui qui vient de comparaître dans cette Scène, les gens de la contrée disent : Les Gars de telle paroisse ; et ce nom classique est comme une récompense de la fidélité avec laquelle ils s’efforcent de conserver les traditions du langage et des mœurs gaëliques ; aussi leur vie garde-t-elle de profonds vestiges des croyances et des pratiques superstitieuses des anciens temps. Là, les coutumes féodales sont encore respectées. Là, les antiquaires retrouvent debout les monuments des Druides. Là, le génie de la civilisation moderne s’effraie de pénétrer à travers d’immenses forêts primordiales. » Balzac, Les Chouans