: Jean-Michel Lemonnier, bloc-notes: Musique metal
Affichage des articles dont le libellé est Musique metal. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Musique metal. Afficher tous les articles

dimanche 3 avril 2016

Majestic - Voodoo Treasure (album Trinity Overture, 2000)

Très bon titre dans le genre metal symphonique (néo-classique) progressif avec une excellente ligne mélodique. Le groupe Majestic a sorti deux albums et a malheureusement disparu. Dans un registre (trop ?) proche de celui de Symphony X (1) et de Yngwie J. Malmsteen, le combo a sûrement eu du mal à affirmer un style propre au milieu des légions de groupes de heavy metal symphonique/néo-classique-progressif. La recette est ici la même que chez tous les autres groupes de heavy metal néo-classique et symphonique : brochettes de gammes mineures harmonique et mélodique, démonstrations techniques (sweeping, legato...), duel clavier-guitare, harmonies empruntées à la musique savante (baroque...), chanteur au registre vocal étendu, etc.  Il reste que les deux seuls albums du groupe sont d'excellente facture.
(1) on reproche aussi à Symphony X - comme à des centaines d'autres groupes - d'être peu original et d'avoir largement emprunté au virtuose Malmsteen...

lundi 21 mars 2016

Ovidiu Anton - "Moment of silence" (2016)

Belle découverte à la télévision roumaine, il y a quelques semaines. Ovidiu Anton représentera la Roumanie pour le concours de l'Eurovision 2016 avec une chanson dans le style metal symphonique. De facture classique, plus lyrique que metal, mais ça reste un excellent morceau. Ligne mélodique très travaillée, choeurs grandioses et chanteur à grande capacité vocale : épique ! Une telle situation est (pour moi) suffisamment rare pour être signalée. Il est fort possible que cette chanson arrive à émerger au milieu de ce rendez-vous annuel du néant musical. Mais pour cela, il faudrait compter sur le bon goût des masses. Le public votant étant principalement composé d'amateurs de musique pop et de variétés (ces foutues classes moyennes européennes qui n'ont aucun goût, ces chansons néo-réalistes qui parlent du quotidien, de la "vrêêêêêêe vie" !).C'est donc loin d'être gagné pour Ovidiu Anton...Mais, rappelons qu'il y a eu la "surprise" Lordi dans un style heavy metal, il y a quelques années...De toutes façons, pour moi, ce groupe a déjà gagné...
La chanson candidate (chantée en roumain et en anglais) pour la Roumanie de l'année passée, n'était pas si mal que ça et, elle aussi, largement au-dessus (mélodiquement, capacités vocales du chanteur...) des autres titres proposés. Elle a fini à la 15e place...Voltaj, "De la capat/All over again" : https://www.youtube.com/watch?v=o7iOFkEymXA

mercredi 17 février 2016

The Gate - La fissure (1987) - Analyse : le film comme un conte

The Gate (1987)
Un film comme on n'en fait malheureusement plus. Heavy metal, incantations sataniques, un puits de l'Enfer ou une porte vers l'Enfer c'est au choix, une météorite sous un arbre dans un jardin duquel surgissent des démons,  certainement des "Grands Anciens" de H. P. Lovecraft venus du fond des âges, un ouvrier emmuré (la haine, le mépris envers le producteur dirait un "bon" marxiste ?! ou bien l'ouvrier emmuré est-il l'ouvrier embourgeoisé ?), trois amis, un jeune garçon Glen, son ami Terry et la soeur du premier Al dans une quête contre le Mal pour empêcher que le Grand Ancien et ses légions de démons ne prennent possession de la Terre. Unité de lieu ou presque. L'action se déroule essentiellement dans la maison du jeune garçon, un de ces pavillons pour classes moyennes étasuniennes, quelques rares images cependant nous emmènent dans la maison de Terry l'ami du héros principal où on le voit écouter ses disqes de hard rock et réciter des prières adressées aux démons. Celui-ci découvre en lisant les textes à l'intérieur du livre-pochette de son disque de Hard (un 33 tours) que ce que lui et son ami sont en train de vivre se déroule selon un scénario décrit dans le livret qui accompagne le disque. Terry est aidé dans sa compréhension de la situation par un livre ramené d'Europe par son père. Le fait que Terry ait perdu sa mère fait de lui un être différent de son ami Glen. Il aime le heavy metal et s'intéresse au satanisme. La mort de sa mère (il croit la rencontrer à un moment du film, mais ce n'est qu'une farce du démon) le connecte en quelque sorte avec l'au-delà. Il a déjà établi la connection avec l'Autre monde, le monde invisible, grâce à sa mère et par l'intermédiaire de ses disques de groupes de heavy metal d'orientation satanique. Un chemin trouble vers l'Au-delà mais en adéquation avec l'état psychique du jeune garçon.

Le schéma narratif est proche de celui du conte. Un héros, Glen est accompagné dans sa quête par une bande d'amis. Seulement il doit finir par affronter seule l'entité démoniaque surgie des entraillles de la terre ; ses deux amis étant retenus prisonniers sous terre dans l'abyme des ténébres. On retrouve typiquement ici le thème du héros qui accède à l'au-delà, fait la connaissance du monde suprahumain...Mais aussi, alors que la relation entre Glen et sa soeur paraît assez mauvaiase au début du film celle-ci sera totalement transformée à la fin. Après avoir vaincu ces (ou ses) démons, le jeune garçon accède en quelque sorte à un nouveau mode existentiel, il naît de nouveau pourrait-on dire. Cette épreuve face aux entités venues des profondeurs de l'Enfer, homologable aux confins de l'univers ici, est un rite de passage. A partir de cela, nous pouvons dire que le Glen le héros entre dans sa quête en tant qu'enfant en ressort en tant qu'adulte (traditionnellement l'adolescence n'existe pas). Il a franchi une étape. Les destructions dans la maison et le jardin causées par le combat entre Glen et les créatures de ténébres symboliseraient les ruines de l'ancienne vie, autrement dans ce cas l'enfance. Dans ce conte on peut aussi reconnaître l'attitude mythique dégradée de recréation périodique et de retour au chaos originel qui doit laisser place à un nouveau cosmos au sein duquel l'homme est régénéré.


Le disque de heavy metal qui contient l'invocation aux démons, Grands Anciens (capture)
D'un point de vue technique. Dans l'ensemble ça joue mal, très mal, les effets spéciaux sont réalisés avec trois bouts de ficelles mais nous sommes typiquement dans l'ambiance des films d'horreur pour jeunes adolescents des années 80. L'atmopshère et cette plongée dans un temps fabuleux sinon mythique sauvent le jeu pitoyable des acteurs. Le film nous replonge dans l'âge d'or du film d'horreur de série B dont les bandes originales étaient saturées de guitare...saturées, de riffs et de mélodies hard et heavy metal. Et surtout,cela nous change de ces films de gothiques à filles neurasthéniques  à cheveux sales (The Ring, The Grudge) et autres navets à la Constantine (ces scénarios et  dialogues nullissimes, avec le très mauvais acteur, espèce de bellâtre ahuri Keanu Reeves), REC 2 et son prêtre avec dans une main de l'eau bénite, dans l'autre un flingue (il faut de plus en plus s'adapter à un public passé par l'école de Phillippe Meirieu (terme générique désignant le pédagogue-type du "monde occidental")), ces films de zombies version années 2000 avec ses populations contaminées par on ne sait quel virus (celui de la connerie?)... J'en passe et des pas meilleurs... Après la relative insouciance des années 80, l' "Occident"  en dépression nerveuse.
Dans le genre film d'horreur incantations démoniaques et heavy metal, il y a cela aussi, directement sorti de ces brillantes années 80 :   Trick or Treat (1986). Sur ce film, il y aurait également assez à dire, sans faire pour autant dans ce cas de la psychanalyse de bas étage, sur cette histoire d'un ado. qui a grandi sans son père et fan d'une star de hard rock qui décéde subitement et qu'il arrive à ressusciter avant de le tuer...


VOIR AUSSI sur ce BLOGUE : http://jeanmichel-lemonnier.blogspot.fr/2015/02/lantichambre-de-lenfer-1987-la-lumiere.html


lundi 30 novembre 2015

Saraya - B.O. du film Shocker (1989)

Timeless love
Jolie ballade hard rock ou power ballad, très mélodique et très soignée, typique des années 1980, tirée la bande orignale du film fantastique Shocker sortie en 1989.

Un article de 1989 sur le groupe et la chanteuse S. Saraya

vendredi 25 septembre 2015

Deliverance - 23 (réf. psaume) heavy metal chétien, islam et heavy metal...

Paroles
Psaume 23 : L'Eternel est mon berger
_________________________________________________
"Muslim metal"...Révolte contre le monde moderne en niqab. La guitariste du groupe Spectrus, Gisele Marie, porte le niqab et non pas une burqa contrairement à ce qu'annonce le journal Le Monde :
http://www.dailymotion.com/video/x37ll5g_gisele-marie-guitariste-de-heavy-metal-en-burqa_music
Musicalement, ça n'a pas grand intérêt. Site officiel du groupe Spectrus : http://www.spectrusofficial.com/



vendredi 18 septembre 2015

Europe (1983) et Lucio Fulci (1981)

Europe - Album Europe - Titre : Seven doors hotel (1983)

Le thème de ce très bon titre du groupe de hard rock (FM) Europe est directement inspiré du scénario du non moins excellent film de Lucio Fulci L'Au-delà (1981)
scène finale de L'Au-delà (capture)

J'évoque ce groupe dans ce livre : ici. Un livre dont bon nombre de pages, ultérieurement revues et corrigées, furent rédigées dès la fin des années 1990. Mon attrait pour le heavy metal remonte à la fin des années 80/et surtout au début de ces misérables années 90 durant lesquelles les goûts musicaux de l'adolescent white trash pousse-caddie se portaient, généralement, sur la pop (de Blur aux boys bands), le grunge, le néo-reggae ou le rap. J'avais donc commencé à écrire sur les musiques hard/metal et l'esotérisme bien avant que toute cette clique de savantasses de sociologues ne s'emparât du sujet...Mon refus de "parvenir" est, de toute évidence, la cause de cette tardive envie d'être publié et lu. 

Le film (et la chanson, de fait) mentionne le livre d'Eibon, une création de C. Ashton Smith, un des ouvrages composant la bibliothèque imaginaire de l'univers de H. P. Lovecraft.
Une autre très belle pièce de de ce groupe : Stormwind - Album Wings of tomorrow (1984)



vendredi 3 avril 2015

Voltaj - Heavy metal roumain



Ci-dessous, une video d'un extrait de concert clandestin donné à Bucarest aux derniers temps du régime de Ceauşescu. Le groupe de heavy metal formé en 1982 était considéré comme subversif, une menace pour l'ordre social par le pouvoir en place. Cristi Marinescu un des guitaristes du "combo" est, par ailleurs -même s'il possède un style qui lui est propre- un excellent imitateur d'Yngwie J. Malmsteen. Voltaj existe toujours, très éloigné de sa forme originelle, il s'est transformé en groupe de "pop rock" sans grand intérêt et représentera la Roumanie au concours de l'Eurovision 2015.


Rareté : Voltaj en concert à Bucarest en 1989