: Jean-Michel Lemonnier, bloc-notes: Nation building
Affichage des articles dont le libellé est Nation building. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Nation building. Afficher tous les articles

samedi 13 septembre 2014

Oui à l'indépendance de l'Ecosse, non à celle du Kosovo

Tout ce qui peut nuire à la Couronne est bon pour la France, tout ce qui peut déranger, affaiblir et hâter l'effondrement de l'anglosphère (et de l'axe anglo-germano-étasunien) est souhaitable pour la France et les peuples d'Europe.
Oui à l'indépendance de l’Écosse, non à celle du Kosovo (nation building) par exemple.

 Refuser de soutenir l'indépendance ou l'autonomie de certaines régions d'Europe au nom du refus de l'éclatement de l'Europe (Euro-balkanisation, Europe des régions, etc.) ça revient à dire, ni plus ni moins, qu'il faut (fallait) soutenir Thatcher, Albright, Merkel ou les femmes gardiennes de camps de concentrations parce que ce sont des femmes et qu'"on" est féministe ("le pouvoir aux femmes" voilà bien un slogan pour écervelé-e-s)...
...ou encore à défendre les désastreuses "politiques-idéologies" de Taubira, Belkacem, Dati ou Obama au nom de l'antiracisme, parce que des décérébré-e-s les insultent et les attaquent sur leur couleur de peau,  leur appartenance religieuse ou tout autre chose n'ayant aucun rapport avec la politique...
(pour les mal-comprenants qui lisent : je n'écris pas qu'il faut pour autant défendre les "sorties" racistes de ces lobotomisé-e-s qui doivent être évidemment condamnés, le propos est suffisamment clair j'espère mais j'insiste car plus rien ne m'étonne...).  
Le positionnement dialectique contre le catéchisme, le chantage idéologique, le dogme, qui relèvent de l'apolitisme donc de la bêtise crasse intellectuellement castratrice.
De Gaulle c'était une certaine (haute) idée de la France, une hauteur de vue géopolitique, on en est très loin avec certains néo-gaullistes qui réclament son héritage...et qui "ne voient rien" au sujet de l'Ecosse...


Crédit photo. : http://www.comece.eu/europeinfos/fr/archives/numro155/article/5333.html

samedi 1 février 2014

Ukraine : nouvelle agression impérialio-messianique au coeur de l'Europe



I-L'administration étasunienne et les ONG manipulent les "Euro-maïdan"



Les barbares de Washington-Bruxelles(-Berlin) sont une nouvelle fois complices, sinon les fomenteurs, d'une guerre civile, cette fois en Ukraine. Ils propagent encore le choléra "orange-brun", nouvelle tentative, cette fois-ci plus musclée de faire tomber, un régime dorénavant favorable à la Russie. 


Qu'ont à voir les Etasuniens dans cette histoire ? C'est simple. Ils ont "partout". Relisons d'abord ce qu'écrivait Zbigniew Brzezinski dans son ouvrage "Le Grand Echiquier" (1997) : " Sans l’Ukraine, la Russie cesse d’être un empire, mais elle le devient automatiquement avec une Ukraine subornée, puis subordonnée ". Mais aussi "l'Eurasie reste l'échiquier sur lequel se déroule la lutte pour la primauté mondiale (...) quiconque contrôle ce continent contrôle la planète". L'objectif des Etasuniens est avoué et parfaitement clair. Encercler la Russie, contrôler le Rimland. Tels sont les buts de la puissance thalassocratique étatsunienne. Un "bloc eurasiatique" uni porterait un coup d'arrêt à la politique impérialiste etasunoccidentale. En décembre, le sénateur républicain et ancien candidat à la présidentielle américaine John McCain était en Kiev et a déclaré aux insurgés pro-euro-atlantistes (1) qu'ils avaient "le soutien des Etats-Unis"C'est ce même cow-boy qui, en Lybie en 2011, avait appelé les Russes "à s’armer et à tuer Poutine comme l’avait été Kadhafi"...Cela ne fait que confirmer les buts de dominations avoués par Brzezinski.
L'Association Project on Transitional Democraties qui a financé toutes les "révolutions colorées'" (Ukraine, Georgie, Kirghizstan) s'appuie sur l'USAID ( Agence des Etats-Unis pour le développement international), et des ONG (Fondation Soros, Freedom House) pour "arroser" de millions de dollars les activistes anti-russes favorables aux intérêts atlantistes, mais aussi la "presse d'opposition indépendante" (sic), et les instituts de sondages lors des échéances électorales...Ces organisations sont évidemment toujours actives en Ukraine. 
II-Une Ukraine indispensable à la Russie et aux Etats-Unis...




Sans l'Ukraine (pour les Russes le peuple ukrainien est un peuple frère), la Russie perd un accès à la Mer Mediterranée et aux "mers du sud" via la Mer Noire (importance de la Crimée). Plus de 60% des échanges commerciaux ukrainiens se font avec la Russie. La question énergétique est aussi centrale dans la relation entre les deux Etats. Si on change d'échelle, on sait que la Russie essaie de créer une entente, en partie réalisée, avec d'anciennes républiques socialistes soviétiques : l'Ukraine, la Biélorussie et le Kazakhstan. En somme, les enjeux géopolitiques ou géostratégiques sont énormes pour la Russie et l'Ukraine orthodoxe russophone. 

L'Ukraine est donc bien au cœur de ce "nouvel" affrontement Est-Ouest (avait-il seulement cessé depuis 1991 ?). Les élections de 2010 ayant été un échec pour les nervis "orange-brun" suppôts de l'union euro-atlantiste, ces guerriers impérialistes appellent désormais à l'insurrection en Ukraine. Les EUA et l'Union européenne ont, en effet, perdu leur agent en 2010 : le président atlanto-européiste Viktor Iouchtchenko qui, au passage, a réhabilité durant son mandat la figure du nazi ukrainien Bandera (2). Les oligarques qui ont soutenu le président Ianukovitch tant qu'il allait dans le sens de leurs intérêts (tournés vers l'Euroccident) l'ont désormais lâché face à la volonté du chef d'Etat de défier Bruxelles et se tourner vers Moscou. Cette clique oligarchique soutient désormais les opposants au régime en place, et Vitali Klitchko est le nouveau poulain des barbares euro-mondialistes. 

III-Une géographie électorale reflet des clivages ethnico-religieux ukrainiens sur lesquels s'appuient les forces atlantistes

La géographie électorale de l'Ukraine atteste d'une division du pays.... sur laquelle les fauteurs de guerre habituels vont s'appuyer et... manipuler. Cette géographie électorale reflète assez bien les clivages socio-ethnico-religieux du pays. Les opposants à Ianukovicth résident majoritairement dans la partie ouest de l'Ukraine nationaliste, catholique qui est la plus occidentalophile. Dans la partie orientale chrétienne orthodoxe, la plus russophone et russophile, on trouve les meilleurs soutiens au chef d'Etat actuellement en place. Une zone orientale à la culture ouvrière fortement enracinée et plutôt nostalgique de l'Union soviétique. Le centre de l'Ukraine est quant à lui peuplé de populations de religion grecque-catholique ou uniate. 


Document 3 : carte ethnolinguistique de l'Ukraine
  

La stratégie du nation building pourrait fonctionner encore une fois dans ce contexte ukrainien.

Et, même si Poutine semble mépriser le président actuel le trouvant bien trop affairiste et manipulateur à son goût, la Russie a bien compris le danger de laisser-faire ces factions séditieuses téléguidées par Washington et leurs sous fifres d'Europe occidentale. 

IV-Le monde chrétien orthodoxe est une des cibles privilégiées du bloc euro-germano-étasunien 


Des contre-révolutions de la fin des années 80 dans les démocraties populaires et URSS à la crise ukrainienne actuelle en passant par l'agression militaire contre la Serbie ("une agression du plus pur style hitlérien " selon Zinoviev) par le bloc euro-germano-étasunien, les mêmes acteurs sont à la manoeuvre.

Alors pourquoi cet acharnement de la part des barbares anglo-saxons, germains et de leurs sous-fifres ?
Parce que les valeurs de l’orthodoxie chrétienne sont incompatibles avec le projet messianique de "nouvel ordre mondial". Zbigniew Brezinski, élément majeur de l’Etat profond étasunien affirmait, par exemple, en 2007 que : "Le principal ennemi de l’Amérique est désormais l’Eglise orthodoxe russe".

N'en déplaise aux matérialistes (marxistes ou bourgeois) purs et durs, l'orthodoxie chrétienne est le ciment de nombreuses nations est-européennes. C'est bien l'appartenance religieuse et donc ce vieux fond pagano-chrétien orthodoxe propre aux civilisations rurales d'Europe centrale et orientale qui prime sur la conscience de classe, malgré l'arrogance des nouvelles aristocraties d'argent qui ont émergé dans ces pays dans les années 1990 et malgré toutes les humiliations subies par ces populations du fait de l'avènement du capitalisme sauvage. Ce sont peut-être les valeurs de l'orthodoxie chrétienne qui seront le fer de lance des révolutions anti-capitalistes futures dans ces ex-démocraties populaires et en Russie...et qui gênent, de fait, les matérialistes bourgeois euroccidentaux.

Ici, l'analyse marxiste montre donc toutes ses limites. Les attaques de natures diverses (par la guerre civile larvée ou la séduction/protection de l'OTAN-UE) à l'encontre d'Etats de culture chrétienne orthodoxe sont une constante. Que nous le souhaitions ou non, nous sommes face à un conflit civilisationnel et nos médias et politiciens euro-étasuniens veulent d'ailleurs absolument nous convaincre de sa réalité. Certains en ont décidé ainsi. Lire la situation actuelle en Ukraine à la lumière de cette grille de lecture ne signifie pas souhaiter ou adhérer à ce "choc". Force est d'admettre, pourtant, que c'est bien cette vision géopolitique qui guide la politique étrangère étasunienne aujourd'hui (3). Plus que des sytèmes économiques ou des "modes de production" antagonistes qui s'affronteraient, c'est bien un impérialisme matérialiste euroccidental (on incluera les Etats matérialistes arabo-wahabites) qui a pour projet de détruire un monde spiritualiste (malgré l'imprégnation de l'occidentisme capitalo-communiste dans l'aire civilisationnelle est-orthodoxe) de type chrétien orthodoxe (et en partie mulsulman).

En conclusion : des questions.

 Jusqu'où iront ces agents subversifs américains, leurs amis nazis manipulant bon nombre de ces manifestants pro-UE ? Comment réagira la Russie si le président actuel est destitué au profit de Klichtko ou tout autre nervi euro-atlantiste ? Se dirige-t-on vers un scénario à la Yougloslave ? Plus encore. Les Etats-Unis ruinés, au bord de l'implosion et du chaos social veulent-ils porter -avec la complicité des l"Europe communautaire- la "guerre civile" en Europe qui leur permettrait de sauver leur système militaro-totalitaire et le culte du veau d'or ?


(1) Qui se pose la question de savoir pourquoi des Ukrainiens auraient massivement le désir de rejoindre une Europe communautaire à l'agonie ?
(2) Bandera est la figure tutélaire du parti Svoboda, parti national-socialiste qui fait partie de la coalition hétéroclite hostile au pouvoir actuel.
(3) Précisons, toutefois, qu'Huntington ne mentionne pas originellement la "civilisation orthodoxe" et qu'il souhaitait une politique étrangère US pro-russe au début des années 90. En outre, la Grèce incluse dans le monde euro-étasunien selon ce même géopolitologue est fortement liée au monde chrétien héritier de Byzance. Ajoutons qu'Huntington réduit le "monde musulman" à un bloc uni, ce qui ne correspond pas à la réalité objective. En somme, on ne peut pas dire que les administrations américaines (et l'Etat profond) aient suivi à la lettre ce que le politologue préconisait.

lundi 8 octobre 2012

Serbie, 1999 : de la dislocation de la Yougoslavie au projet de « Grand Moyen-Orient » (deuxième partie)


Dans un premier temps, nous revenons sur les événements de la période 1999-2008, puis nous mettons ensuite en exergue les points communs qui existent à la fois entre la logique des « guerres humanitaires » des années 1990, celle des « guerres contre la terreur » menées depuis 2001 par les différentes administrations américaines et le « printemps arabe ».

Avons-nous besoin de faire ce détour (ou retour c’est au choix) historique sur la légitimité (au regard de l’histoire) des Serbes sur l’espace kosovar ? Nécessairement. L'idée d'un Kosovo, cœur historique, spirituel de la Serbie est loin de se justifier à des seules fins de propagande anti-Albanaise.
Nous dirons, simplement, que l’immense majorité des toponymes du territoire kosovar (98%) sont d’origine serbe. De cette géographie (une toponymie qui a du mal à mentir), aux faits historiques vérifiables par les écrits d’historiens byzantins qui remontent au IXe siècle affirmant l’autochtonie du peuple serbe dans cette région… de la bataille du Champ des Merles en 1389 qui marque le début de la domination ottomane (et son illégitimité de fait) dans les Balkans à la création ex-nihilo d’un État kosovar fantoche en l’an 2008, dont le territoire est recouvert d’églises, de monastères chrétiens orthodoxes, la légitimité du peuple serbe sur ces terres de Kosovo-et-métochie n’est même plus à prouver. « Aucun des peuples chrétiens n’a eu dans son histoire ce que les Serbes ont au Kosovo » déclarait l’évêque de Prizren au début des années 1990. Pec située au Kosovo pouvant être considérée comme « la Jérusalem serbe » est depuis 1346 le siège du Patriarcat de l’Eglise orthodoxe de Serbie.
La déclaration de Barack Obama, au début de son mandat, qui promettait, le soutien des Etats-Unis à un Kosovo « multiethnique, indépendant et démocratique » apparaît à la lumière des faits comme réellement grotesque, toute emprunte de cette arrogance étasunienne ...
Les Albanais sont majoritaires au Kosovo ; ils l’étaient déjà depuis des décennies, contrairement ce que certains media ont pu déclarer au moment de l’agression anti-Serbes. L'histoire de ce territoire, depuis son occupation par les Turcomans, à partir du XVème siècle, est intimement liée à une volonté des différents régimes d'occupation, avec l'appui des populations albanaises locales, sinon d'éradiquer toute présence Serbe, au moins de la « contenir ». Les « ratonnades » anti-Serbes se perpétuent, par ailleurs, sous le régime Titiste. Tito le leader yougoslave a ,en effet, favorisé les migrations de populations venues de l’Albanie voisine du Kosovo. Par ailleurs, cette mise en minorité progressive des Serbes au Kossovo a été aussi largement favorisée par les crimes de masses des milices SS albano-kosovares de sinistre mémoire, formées par les Nazis en 1944 à Pristina (21e Waffen-Gebirgs-Division der SS Skanderbeg). Ces SS albanais tuèrent 10 000 Serbes, en expulsèrent 100 000 autres et les « remplacèrent » par 75 000 Albanais. Les dynamiques de peuplement du Kosovo ont donc fortement évolué en faveur des Albanais au XXe siècle. Il faut ajouter à ces faits, le taux de natalité élevé chez ces populations albanaises et enfin la fuite des Serbes après 1999, puis suite aux pogroms de 2004 qui ont fait des Serbes une minorité ethnique (menacée de disparition totale) dans une large partie du Kosovo. En mars 2004 sous l’œil impassible de la KFOR et de la MINUK, des nationalistes albanais assassinent plusieurs dizaines de Serbes, font environ 600 blessés. 30 églises et monastères sont brûlées, des villages incendiés ; des événements qui ont forcé, une nouvelle fois, depuis 1999, des milliers de serbes à fuir le Kosovo-et-Metochie.
Au vrai, depuis 1999, les Kosovars albanophones (dialecte guègue), musulmans « modérés » (sunnites) pour la plupart mènent une politique sur la « question ethnique » qui fait figure de réponse analogue à celle de la Serbie des années Milosevic, déclenchée suite aux bombardements de l'OTAN. Une grande part des 200000 Serbes (mais aussi des populations Rroms) qui résidaient au Kosovo ont été contraints à se réfugier en Serbie. Incendies, destructions de monastères chrétiens orthodoxes, intimidations et exécutions sommaires sont à mettre sur le compte des membres des milices albanaises.Les Etatsuniens, de par leur « ingérence » en Serbie/Kosovo, ont donc, dans le même temps, favorisé les persécutions envers les Serbes et d’autres minorités ethniques présentes sur le territoire Kosovar, et les revendications pan-albanaises soutenues par la Turquie « néo-ottomane ».
Il reste que le nord de cette ancienne province serbe échappe, cependant, encore aujourd’hui au contrôle du gouvernement kosovar. Les Serbes majoritaires sur cet espace-nord demandent leur rattachement à la Serbie, Belgrade refusant toujours de reconnaître ce nouvel Etat « protectorat américain ».
In fine, depuis, les bombardements de 1999, à Pec, siège du Patriarcat de l’Eglise orthodoxe serbe il n’y a plus de Serbes… En 13 ans, 150 lieux de culte chrétiens orthodoxes ont été profanés, saccagés ou ou totalement détruits selon l’agence de presse russe Ria Novosti. En outre, 350 000 chrétiens orthodoxes étaient présents au Kosovo jusuq’à la fin des années 1990. Seuls 100 000 chrétiens orthodoxes sont toujours présents au Kosovo « la Jérusalem serbe ». A Pristina, capitale du nouvel État Kosovar il reste quelques dizaines de Serbes… Une ville qui en comptait 40000 en 1999…
Il faut, évidemment, insister sur le fait que des Serbes ont été enlevés durant la période 1998-1999 dans le cadre d’un trafic d’organes organisé par les mafieux albano-kosovars. 2000 Serbes du Kosovo sont toujours portés disparus. Des disparitions avec lesquelles nous pouvons, raisonnablement, faire le lien avec l’économie mafieuse de cette ancienne province serbe. Nous pouvons nous poser effectivement la question de la viabilité, mais surtout de la nature, de l’ économie ce nouvel Etat, dont le revenu par habitant est proche de celui d'un pays comme l'Ethiopie, dont les infrastructures ont été détruites lors de la « guerre de libération » de 1999 et dont 45% de la population active est au chômage et...qui fait transiter de l'héroïne selon un axe Afghanistan-Turquie-Albanie-Kososo ; une économie de la drogue alimentant à hauteur de 70% les trafiquants d'Europe de l'Ouest...
L’Etat dont l’existence légale a été reconnue, à ce jour, par uniquement 91 pays membres de l’ONU sur les 193 que compte l’organisation. Le premier pays à avoir reconnu cet Etat est...l'Afghanistan. Au sein de l’Union européenne, 5 Etats refusent toujours d’établir des relations diplomatiques avec ce pays. La Roumanie, par exemple, s’oppose à sa reconnaissance, assurément du fait de la présence d’une minorité hongroise transylvaine (Sicules, Magyars), et de ses vélléités autonomistes-séparatistes, galvanisée d’ailleurs depuis des mois par les appels incantatoires ethno-nationalistes pantouraniens de Victor Orban (prêt à délivrer des passeports hongrois comme des prospectus aux minorités magyares de Roumanie et Slovaquie) (1)
Du fait de l’absence d’une majorité suffisante reconnaissant cet État comme légitime, le Kosovo n’est reconnu ni par l’ONU ni par l’Union européenne.
De la dislocation de Yougoslavie à la reconfiguration territoriale d’un « Grand Moyen Orient » sur des des bases ethno-religieuses : la même logique au final...
La République fédérale de Yougoslavie n’a à aucun moment menacé un Etat membre de l’OTAN. Pourquoi alors l’OTAN décide-t-elle d’intervenir contre la République Fédérale de Yougoslavie de Slobodan Milosevic ?
L’objectif géopolitique des Etats-Unis dans ce conflit est de profiter de l’affaiblissement évidente de la Russie de Boris Eltsine, dans ces années 90, en l’empêchant de conserver (ou renouer) avec sa zone d’influence traditionnelle. La question de la domination du « Heartland », i.e. le centre du monde (l’Eurasie), et du « Rimland » sont centrales dans les motivations américaines à intervenir militairement dans de nombreuses régions du monde (Spykman, Mackinder). La politique étrangère étatsunienne se réfère, effectivement, à cette phrase de Mackinder « Celui qui domine l’Europe de l’Est commande le Heartland. Celui qui domine le Heartland commande l’Ile-Monde. Celui qui domine l’Ile-Monde commande le Monde ». Nous savons désormais, tout à fait clairement, que la stratégie d’encerclement de la Russie, dont l’OTAN est un des moyens, mais pas le seul (nombre d’officines spécialisées sont des moyens de déstabilisation de régimes est-européens, sans avoir recours à la force armée) passe entre autres par la destruction de la Fédération yougoslave, dans ces années 1990.
La conquête et la soumission du Kossovo fut donc un moyen pour les Etats-Unis de s’étendre vers l’Est. L’indépendance (disons la mise sous tutelle par les Américains) du Kosovo avait essentiellement pour but de s’installer dans les Balkans et donc d’étendre une zone influence sur un espace laissé vacant par des Russes.
Le soutien aux séparatistes kosovars et la construction camp américain de Bondsteel (7000 hommes) au Kossovo, qui s’étend sur plus de 55O hectares, a permis le déplacement de troupes américaines sur l’espace balkanique pour se rapprocher du Moyen-Orient. Bondsteel est une des deux plus grandes bases militaires américaines situées en dehors du territoire des Etats-Unis d’Amérique. En Bosnie-Herzégovine une autre base similaire (Tuzla) a été créée en 1995. Nous retrouvons, par ailleurs, dans les anciennes « démocraties populaires » cette même implantation de bases militaires. Leur installation démontre bien, s’il était encore nécessaire, la désastreuse soumission des gouvernements des Etats post-communistes d’Europe de l’Est à la politique étrangère étatsunienne. Cette vassalisation de pays comme la Roumanie ou la Bulgarie a été d’autant plus facile que, pour une bonne part des opinions publiques est-européennes, les Etats-Unis sont apparus dans les années 1980 comme les « grands libérateurs » des peuples soumis aux régimes autoritaires des Ceausescu et autres Jivkov.
Le camp Bondsteel (premier employeur du Kosovo !) a servi, sert et servira, de base arrière (ou avancée c'est au choix) pour les opérations de « guerres de terreur » de l’Armée étatsunienne et de ses alliés en Afghanistan, Irak, Syrie, Iran… ou dans le Caucase ou « Balkans caucasiens », le « ventre mou » de la Russie selon l’expression du trop célèbre Zbigniew Brzeziński (3), politologue américain, qui dans son livre « Le Grand Échiquier » (1997) prône le soutien de l’administration américaine aux moudjahidines, par pure pragmatisme, contre quiconque menacerait l’hégémonie américaine. Si l’Islam radical est depuis 2001, un ennemi, un adversaire militaire, il reste un allié politique pour l’Administration américaine, un moyen de déstabiliser des États réfractaires à l’hégémonie anglo-américaine.
Au passage, signalons la « naïveté » (ou le cynisme, toujours la même interrogation) de certains universitaires et leurs amis politiques (Cohn-Bendit par exemple) ayant vu dans l’intervention euro-américaine de 1999, une défense d’un islam autochtone qui aurait été victime de la « barbarie nationaliste » chrétienne orthodoxe serbe. Les mêmes qui, aujourd’hui, applaudissent à la destruction des États arabes laïcs…

En outre, il existe d’autres raisons, quant à cette intervention militaire contre la Serbie en 1999 et à la création de l’Etat kosovar.
L’une d’elles tient à la question énergétique. Si le pétrole est absent du sous-sol du Kosovo, le projet AMBO (Albanian Macedonian Bulgarian Oil) de pipeline associant Albanais, Bulgares, Macédoniens et Etasuniens, transportant du pétrole de la mer Caspienne à l’Adriatique, devait conduire à écarter les Serbes (donc les Russes) de cette partie de l’espace balkanique. Ajoutons que si le Kosovo n’a pas de pétrole, ses ressources minérales (lignite, or, argent, etc.) sont conséquentes…
Or donc, nous voyons désormais, assez facilement, le lien existant entre cette « ingérence balkanique » des années 90 et la liquidation systématique des gouvernements des États du « Grand Moyen-Orient », couvrant ce vaste espace de la Tunisie à l’Asie centrale. Nous évoquions -de manière très elliptique- en conclusion d’un précédent article cette stratégie américaine du « Nation Building », celle-là même qui sous-tend les bouleversements géopolitiques liés à ce « printemps arabe » devant mener à l’émergence d’un nouveau « Grand Moyen-Orient », c'est-à-dire, en réalité, à une reconfiguration de cet espace amenant à la création d’entités territoriales sur des bases ethno-religieuses… pour le plus grand plaisir de l’ami israélien. Nous laissons au lecteur le soin de prendre le temps de bien analyser la carte, s’il ne la connaît pas encore, au regard des événements actuels se déroulant de la Tunisie à l’Asie centrale, en passant par les « fameux » « Balkans caucasiens » de Brzeziński. http://lejournaldusiecle.files.wordpress.com/2012/08/project-for-the-new-middle-east.jpg?w=600&h=430 (Carte sous Copyright 2006 du Lieutenant-colonel Ralph Peters).
De la destruction de la Yougoslavie sous prétextes humanitaires à ces guerres d’agressions (Guerres contre la Terreur) de l’Irak à la Libye, ayant abouti à la disparition de ces Etat laïcs, socialistes et nationalistes qui avaient réussi à contenir les fondamentalismes religieux, l’impérialisme anglo-américain a favorisé la montée en puissance d’islamistes dans les Etats pré-cités. Hier, la partition de la Yougoslavie, celle aujourd'hui en cours de la Libye et de l'Irak et de d'autres États encore permettront la prise de contrôle définitive de l'Heartland et du Rimland...donc du monde.
Nous retrouvons cette même logique du « diviser pour mieux régner ». Qu’un terrorisme de basse intensité, des conflits larvés, des assassinats, des destructions de lieux de cultes persistent sur ces territoires violés (volés) après le passage de la monstrueuse machine de guerre anglo-américaine n’empêchent pas de « faire des affaires » ou de s’approprier les ressources du sous-sol, par exemple. Au contraire ces phénomènes participent à empêcher la réalisation du cauchemar américain : l’avènement d’un monde multipolaire…

(1) Orban appelant ces « Hongrois de l’extérieur » (les Magyars, peuple « semi-asiatique », descendants des Huns (sic)), à rejoindre la mère patrie en revisitant au passage l’Histoire récente par la remise en cause de la légitimité du Traité de Trianon (1920), ayant permis à la Roumanie de récupérer cette Transylvanie qui lui revenait pour des raisons historiques évidentes...
(2) « OTPOR » soutenue par la CIA présente en Serbie, également derrière l’opération « Pussy Riot » est un de ces nombreux vecteurs de déstabilisation. Voir un de nos articles précédents : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/de-l-ideologie-dominante-de-la-121969
(3) Brzeziński inventeur du concept de « tittytainment ».

par Jean-Michel Lemonnier
http://jean-michellemonnier.blog.fr/2012/06/11/serbie-1999-de-la-dislocation-de-la-yougoslavie-au-projet-de-grand-moyen-orient-deuxieme-partie-16306000/