: Jean-Michel Lemonnier, bloc-notes: Ukraine
Affichage des articles dont le libellé est Ukraine. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Ukraine. Afficher tous les articles

dimanche 24 janvier 2016

République de Moldavie : tensions actuelles et Grande Roumanie...

Une série d'articles reposant sur des analyses pro-B.A.O :
Article du 23/01/2016 : Analyse confidentielle. Offensive russe en Moldavie. Attaque sur tous les fronts.
http://deschide.md/ro/news/politic/23622/ANALIZ%C4%82-CONFIDEN%C8%9AIAL%C4%82-Ofensiva-Rusiei-%C3%AEn-RM-Atac-pe-toate-fronturile.htm
et article du 13/01/2016 : Analystes de Da Vinci (voir ci-après). La Russie prépare un coup d'Etat en Moldavie.
http://deschide.md/ro/news/externe/23245/Exper%C5%A3ii-Da-Vinci-AG-Probabilitate-mare-de-lovitur%C4%83-de-stat-%C3%AEn-RM.htm

Qui est le groupe Da Vinci ? http://ru.davinci.org.ua/about.php
La liste des clients du groupe de consultants en analyses stratégiques (repris du site) : 
Cabinet of Ministers of Ukraine;
Ministry of Internal Affairs of Ukraine;
National Security and Defense Council of Ukraine;
Parliament Committee on finance and banking policy;
National Bank of Ukraine Council;
Parliament Committee on tax and customs policy of Ukraine;
Parliament Committee on industrial and regulatory policy and entrepreneurship of Ukraine;
Ministry of coal industry of Ukraine;
Deputies of Parliament of Ukraine;
Diplomatic missions in Ukraine;
Transnational companies and business-leaders in domestic market.


Il est dispensable de se répandre en commentaires sur ce cabinet d'études et cette liste...
_______________________________________________
Ce que l'on peut écrire sur la "crise moldave" :


Les opérations de subversions qui ménent la Moldavie sur le funeste chemin de la guerre civile sont le fait des officines spécialisées financées par le B.A.O. Il n'y a, pourtant, aucun blanc-seing à donner à la Russie et à Poutine sur le "dossier moldave".
La Moldavie a vocation à être rattachée à la Roumanie. La Roumanie intègre est parfaitement légitime au regard de l'histoire des différents pays roumains.  La défaite roumaine de 1945 (puisqu'il sagit de cela) malgré le passage tardif dans le camp des alliés, a notamment permis la création d'une république socialiste moldave. Le processus (moderne) d'unification des territoires roumanophones qui débute avec le Traité de Paris en 1859, puis l'union de la fin du XIXe s. puis celle de 1918, et enfin le Traité de Trianon a rendu justice à l'histoire des pays roumains. Le choix d'Antonescu de s'allier aux puissances de l'Axe pour récupérer la Bessarabie confisquée par l'URSS mais aussi le mépris de ses pseudo-alliés (Allemagne hitlérienne) pour la Roumanie intégre a provoqué des catastrophes en chaine : amputation du territoire roumain de plusieurs dizaines de milliers de km2, occupation allemande "amicale" puis invasion soviétique et émergence d'un communisme roumain pourtant ultra-minoritaire jusqu'aux années 40 et totalement étranger à la mentalité de l'homme roumain issu des vieilles communautés agro-pastrorales archaïques (son socialisme n'avait rien de lénino-stalinien).
Je lisais rapidement la bouse d'une espèce d'intellectuel de sous-bock bo-beauf marxisant (aussi mauvais penseur que laborieux écrivain) qui fait de la géopolitique empirique (Makcinder, Spykman, Haushofer, Douguine jamais entendu parler) en chambre (complétement à la ramasse sur l'Ukraine, il y a quelques mois), dans laquelle on pouvait reconnaître toute l'idéologie débile anti-nationalisme(s) roumain(s) qui prévaut dans la gauche française (section demi-instruits). Je ne peux que lui conseiller de s"intéresser à l'histoire des pays roumains sur le temps très long... Celui-ci ne se rend même pas compte que les Etats-nations allemand ou italien (dont il ne nierait pas la légitimité pourtant) ne sont guère plus récents que la Roumanie. En outre, l'unité linguistique en Roumanie est sans équivalent (ou presque dans toute l'Europe)...Rappelons que 75  à 80% de la population moldave est roumanophone et ethniquement roumaine et qu'en la République moldave du Dniestr (Transnitrie) les russophones ne comptent que pour 1/3 du total de la population...
Or donc. Certes la stratégie  de l'anglosphère en Europe centrale et orientale est de réactiver de vieilles querelles inter-étatiques (ou entre principautés...), et dans le cas de la Roumanie, de l'Ukraine ou de la Pologne de s'appuyer sur la russophobie très présente au sein des populations de ces Etats. Il reste que la Grande Roumanie ou Roumanie intégre (incluant R. de Moldavie et Transnistrie appelation contestée par les Russes-> voir PMR/Pridniestrovie, Bucovine ukrainiennne, Boudjak, Dobroudja bulgare, etc.) n'est en rien une construction articifielle. Elle est l'expression territoriale et la traduction politique, tardives car empéchées par les invasions récurrentes et les puissances voisines (turco-mongole puis ottomane, hongroise, austro-hongroise et russe), d'une très large communauté de plusiers dizaines de millions d'hommes et de femmes partageant une identité linguistique, culturelle, religieuse et philosophique commune (le même non-cité plus haut doit, à peu près, tout ignorer de l'espace mioritique). 

Extension maximale du territoire roumain qui correspond à la totalité de l'espace latinophone-roumanophone  (exceptés les îlots d'aroumanité balkanique par exemple) du sud-est européen
Je parle autre part (voir article scientifique géopolitique "Les nouvelles relations magyaro-roumaines") d'une reconfiguration de l'échiquier et/ou du système politique roumain. La dynamique est lancée : http://www.stiripesurse.ro/exclusiv-campionul-de-k1-daniel-ghi-a-va-anun-a-maine-formarea-unei-armate-na-ionaliste_980060.html Le champion de boxe roumain, Danie Ghita, veut créer une "milice nationaliste" qui interviendrait dans les zones du pays où le "besoin" s'en fait sentir...
...et encore http://www.partidulromaniaunita.org/ Même si, en matière de politique étrangère, la ligne doctrinale du Parti Roumanie Unie est sensiblement la même que celle des partis de gouvernement actuels (approfondissement du partenariat euro-atlantique), Partidul România Unita désire une Roumanie puissante à l'international en mesure de réintégrer la République de Moldavie (avec ou sans la PMR ?) au territoire roumain actuel. Le logo du parti avec cette belle image de Vlad Tepes centrée sur la carte de la Grande Roumanie atteste de cette désinhibition vis-à-vis de la question moldave. Le nom du Parti est, de toutes façons, peu équivoque. 
Ajout du 25/01/2016 : http://www.aradon.ro/si-la-arad-se-infiinteaza-patrula-vlad-tepes/1610736
En résume : Création d'une "patrouille Vlad Tepes" sous la direction du Parti Roumanie Unie, qui viendra en aide, par exemple, aux personnes victimes de catastrophes naturelles, mais la "patrouille" dont les membres porteront un uniforme (comme c'est le cas dans les ONG) et sauront se défendre (et défendre) physiquement en cas d'agression ne peut-être considérée comme une organisation paramilitaire comme l'affirme la presse. 

VOIR également SUR CE BLOGUE, article sur la Roumanie dans la WW2, "tragédies et trahisons diverses" : http://jeanmichel-lemonnier.blogspot.fr/2014/03/quelques-mots-sur-lhistoire-de-la.html

jeudi 26 mars 2015

Episcopul (Evêque) Longhin (Père Mihail Jar) - Un saint de notre époque

Eté 2014, le saint père, très ému, donne de la voix et s'élève contre la guerre fratricide qui se déroule en ex-UKraine. Récemment, il a dénoncé le rôle joué par les Etats-Unis d'Amérique dans ce conflit et a accusé, à juste titre, l'ensemble des dirigeants européens de se faire les complices de cet immense massacre en plein coeur de l'Europe. C'est un chrétien orthodoxe d'Ukraine roumanophone à la santé très fragile, d'une grande bonté mais bien seul qui s'exprime quand les pleutres et les imbéciles, intellectuels et/ou religieux (français...) qui ont accès aux médias de masse ne veulent rien savoir de cette terrible guerre, refusent de choisir un camp ou soutiennent le Diable...
On parlait de lui ici en mai 2014 : http://jeanmichel-lemonnier.blogspot.fr/2014/05/manastirea-banceni-16-playlist-le-pere.html

Hier, c'était l'Annonciation...

jeudi 8 janvier 2015

dimanche 28 septembre 2014

samedi 27 septembre 2014

Elections présidentielles en Roumanie (2014), Victor Ponta-Klaus Iohannis : un programme commun en matière de politique étrangère

Aux pages 19 et 20 du programme de Victor Ponta, candidat pour le PSD (Partidul Social Democrat), le mieux placé, à cette date, pour remporter la présidentielle roumaine, on lit que ce dernier prolongera la politique de soumission de la Roumanie à l'Euro-atlantisme. En effet, Ponta, s'il est élu continuera, si on s'en tient à la lecture de son programme, d'une part à consolider l'axe Bucarest-Londres-Washington privilégié par Basescu et d'autre part, à approfondir le processus d'intégration communautaire (entrée dans la zone euro sous 5 ans) de l'autre.
L'Union européenne donc, pour les fonds de développement, l'OTAN pour la sécurité nationale. A l'est, rien de nouveau... Ponta, le premier ministre, si critique à l'égard de Basescu maintiendra donc, à l'instar de son faux-ennemi, la Roumanie sous tutelle euro-mondialiste. 
Dans ce même programme, on lit que la Roumanie privilégiera les relations avec la Pologne au sein de l'Union (et implicitement avec les Pays baltes). Quoi d'étonnant ? La Pologne est sans doute l'élève le plus obéissant au sein du système germano-étasuno-bruxellois. Pareillement, le sous-axe géostratégique  Baltique-mer Noire qui passe par...l'Ukraine, nécessaire au renforcement de l'espace tampon Union europénne-Russie sera également une priorité, avec au sud un nécessaire partenariat renforcé avec la Turquie.
Le programme de Ponta :
http://victorponta.ro/materiale/program-prezidential-victor-ponta.pdf

L'adversaire (1) direct de Ponta, c'est Klaus Iohannis, maire très apprécié de la ville de Sibiu, ex-président du FDGR (Forumul democrat al Germanilor din România-Forum démocrate des Allemands de Roumanie), candidat pour le PNL (Partidul National Liberal)...Et là, pas de surpise, pour Iohannis, la ligne à suivre est la même que celle de Ponta : privilégier le partenariat, ou plutôt, disons-le, la domination étasunienne sur la Roumanie. Rien ne distingue les deux candidats en matière de politique étrangère : les Etats-Unis d'Amérique sont le grand allié de la Roumanie. Dans chacun des programmes des deux candidats, cet état de  fait est mentionné en gras. Aucune ambigüté. En résumé, l'est-europééen et la Roumanie, ont besoin d'un message ferme de la part des Etats-Unis d'Amérique pour faire face -c'est écrit en termes à peine voilés- au "péril russe"...
Le programme de Iohannis :
http://www.pnl.ro/pagina/programul-politic-al-presedintelui-pnl-klaus-iohannis

A l'issue de cette présidentielle, quel que soit le résultat, la feuille de route des anglo-étasuniens concernant la consolidation du protectorat est-européen post-1989, sera respectée. La crise russo-ukrainienne, loin d'être un contretemps, n'est rien d'autre qu'une des modalités possibles pour la mise en place de ce nouvel espace géopolitique postcommuniste pro-étasunien et finalement de ce plan de domination de l'anglosphere sur l'Europe tout entière (Russie incluse...).


(1) Un bien grand mot... Adversaire pour le poste de gouverneur de cette province du global state, certes, mais nullement adversaire idéologique...

Voir aussi :





dimanche 14 septembre 2014

Une cinquième colonne en Russie - explications

Retour sur l'histoire récente :
Pourquoi (le traître ?) Sourkov a quitté le gouvernement ? 22 mai 2013
Grand schisme au sein du gouvernement russe  ? 30 avril 2013
La «cinquième colonne» de Washington en Russie. Le champion d’échecs Garry Kasparov, ses alliés et ses protecteurs occidentaux. 2007 http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=117

NOVOROSSIYA/ IGOR STRELKOV : Avec Poutine et contre la cinquième colonne en Russie  http://vimeo.com/105937871

There will be Maidan in St Petersburg - Evgeny Fedorov Entretien complet - durée : 2 heures environ (traduction en anglais)  

Major segments:
0:19:51 Washington's mechanisms of control via the fifth column in Ukraine (coup launched) and Russia (coup in preparation).
0:47:03 Novorossia could mobilize an army big enough to liberate all Ukraine.
0:55:34 The armed coup was launched even though Yanukovych was capitulating, in order to establish conditions for terror and massacres.
1:03:46 Novorossia has eliminated the fifth column. This will be emulated in neighboring territories.
1:08:57 The foreign 'mercenaries' are likely equipment operators (tanks, planes,..).
1:25:31 Fifth column agitators will try to get Putin overthrown for his "inaction" over Ukraine.
1:30:00 Mechanisms for construction of the fifth column.
1:39:19 The global crusade of the Anglo-Saxons -- banditry & exploitation, obscured by style, finesse and copious marketing.
1:45:18 Parallels between the German and American invasions of USSR/Russia (then and now).



Le prochain Maïdan aura lieu à Saint-Pétersbourg en septembre ? http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=4366




samedi 17 mai 2014

Manastirea Banceni 1/6 (+playlist), le Père MIHAIL JAR, saint soldat du Christ



Documentaire extraordinaire en 6 parties sur le monastère orthodoxe de Banceni situé en Ukraine à quelques kilomètres de la frontière avec la Roumanie et sur le père-Abbé Mihail Longhin Jar. Mihail a 32 enfants et en a adopté 29. 

200 enfants orphelins, parfois très gravement malades et handicapés, vivent sur le domaine du monastère, sur lequel l'abbé a créé un véritable village pour les accueillir.

Il incarne réellement, ici et maintenant, la parole du Christ.

Un cas similaire en Roumanie :


dimanche 4 mai 2014

Massacre d'Odessa..."L'Europe c'est la paix !" (1) et le stade ultime du pourrissement intellectuel





Pour ce qui concerne le récent massacre d'Odessa, d'une sauvagerie inouïe, alors qu'il s'agit d'un crime de guerre (des personnes sans aucun moyen pour se défendre, enfermées dans un bâtiment que l'on a incendié),  la presse occidentale (française ici, autant dire atlantiste et collaborationniste) se contente de titrer avec détachement et une neutralité parfaitement cynique : "Des dizaines de morts lors d'affrontements à Odessa" (Le Figaro), "31 morts à Odessa en marge des affrontements" (Libération). Et la presse française aux ordres de Kiev-Washington de déverser son flot de conneries autorisées et obligatoires, donc : 

Totalement DEMENT, le confusionnisme, le cynisme et le mensonge partout !

Pourtant, la réalité c'est celle-ci. Une horreur sans nom :
Acculés dans la Maison des Syndicats, 46 manifestants russes (NDA : ou Ukrainiens contre la junte de Kiev) ont été asphyxiés ou brûlés vifs par la milice du parti « Pravyi Sektor », membre du Gouvernement, appuyés par des bandes de hooligans venus en renfort. « Bravo ! Que les diables rôtissent en Enfer », s’est exclamée sur Facebook une députée et porte-parole du parti « Svoboda », membre de l’Exécutif au pouvoir depuis la chute de Viktor Ianoukovitch.



Quelques jours auparavant :

Yulia Izotova, une infirmière de 21 an a été tuée hier par la garde nationale ukrainienne (pravy sektor) à Kramatorsk, République de Donetsk (est de l’Ukraine ancienne).


Voilà le résultat de la collaboration EUA-UE-OTAN, des milices privées de l’anglosphère, du pouvoir à Kiev et des porcs hooligans néo-nazis, supporters de foot abreuvés de haine et de mauvaise bière (comme dirait -presque- l'autre),  issus du lumpenprolétariat ukrainien...
Enfin, une vidéo réalisée par tous ces ridicules du show-business...."L'Europe" (1) c'est la paix (ne pas vomir) :


(1) Lire et entendre "union européenne" évidemment. Ici encore, la confusion constante entre le supermarché européen, l'union des marchands, la zone de libre-échange sous influence anglo-américano protestante et la véritable Europe (l'Eurasie) des peuples qui viendra...

(2)Rectif. du 5 mai : plus de 100 morts à ce jour, peut-être plus...http://ersieesist.livejournal.com/813.html

Ici sur un autre sujet, le crétinisme en phase terminale de certains journaleux. Marianne épingle Le Point.



VOIR AUSSI :
http://jeanmichel-lemonnier.blogspot.fr/p/geopolitique.html


AJOUT du 7 mai 2014 :
http://www.alterinfo.net/CE-QUE-KIEV-CACHE-SUR-LE-MASSACRE-D-ODESSA-_a102296.html

http://reseauinternational.net/odessa-un-simulacre-dincendie-pour-couvrir-lexecution-dun-des-plus-atroces-massacres-jamais-vus/



vendredi 28 février 2014

Victoire euro-atlantiste en Ukraine ?! Pas si sûr...


Il serait bien prématuré de présenter des conclusions définitives sur la situation en Ukraine. Cependant, à suivre le déroulement des événements de ces derniers mois jusqu'à  ce jour, nous avons au moins la confirmation d'un certain nombre de faits sur la nature profonde de l'Union européenne et des Etats-Unis de fait (mais c'est loin d'être une révélation) ET des objectifs de ces derniers en Ukraine.  Ensuite, on ne peut qu'élaborer des scénarios. Le premier, s'il venait à devenir réalité, verrait le recul de l'influence de la Russie en Ukraine, ce qui ne serait guère à l'avantage des Européens de l'Ouest et de l'Ukraine (chantage économique). Le second part du principe que la Russie ne laissera pas les factions séditieuses de l'Etranger étasunoccidentales prendre le contrôle total de l'Ukraine. La "stratégie mondialiste" anti-russe échouerait alors lamentablement


I- Ce qui est désormais certain (ou confirmé)

- L'Union Européenne est bien une structure fantoche,  pseudo-démocratique et pseudo-humaniste téléguidée par Washington. Les "démocrates" euroétasuniens s'accommodent, en effet, fort bien avec la pire racaille nazie, antisémite quand cela arrange leurs affaires. "Sieg heil salutes and the Nazi Wolfsangel symbol have become an increasingly common site in Maidan Square, and neo-Nazi forces have established “autonomous zones” in and around Kiev." Et ces groupes ou sympathisants nazis constitueraient près de 30% de l'ensemble des protestataires d'Euromaidan (A). Nous pouvons en conclure que cette lutte à l'interne contre l'antisémitisme et les partis souverainistes (même groupusculaires et de gauche), en France par exemple, ne sont que des postures visant à discréditer toute idée d'émancipation vis-à-vis de la tutelle atlanto-germano-bruxelloise.
-Les Etats-Unis -"plus grande démocratie du monde"- soutiennent les coups d'Etat et le terrorisme qu'il soit de nature fasciste (Ukraine) ou islamiste (Tchétchénie...avec l'aide des Saoudiens). Et à ce propos, nos humanistes larmoyants traitant Poutine de "tyran" ou de "dictateur" se taisent...
-La "conquête de l'Est" par les Allemands est une vieille histoire et qui n'est toujours pas terminée. La construction européenne ne serait qu'une revanche du IIIe Reich, par procuration...Soulignons aussi que la construction européenne, présentée par ses défenseurs comme remède aux "nationalismes exacerbés" (du catéchisme pour benêts) s'est largement compromise avec "l'idéal fasciste" (l'Europe aryenne d'Hitler, voire la timide dénazification de l'administration allemande après-guerre)...
-Les Etasuniens, les Allemands, les Polonais (on parle des gouvernements ici), les nationalistes et les néo-nazis ukrainiens communient dans une même haine anti-russes (B) Pour ces pantins néo-nazis de l'impérialisme euroccidental, le peuple russe est impur car  il contient des éléments "asiatiques"
.

II- La situation à ce jour en Ukraine dévoile encore un peu mieux le complot euro-étasunien et de 
la "Banque" ayant engendré cette nouvelle (contre-)"révolution"

- Arsenyi Yatsenyuk, membre du "parti Orange" de la corrompue Iulia Timochenko et ancien ministre (2005-2007) et ancien employé de Goldman Sachs a été nommé premier ministre de l'Ukraine.
-John Kerry a promis un milliard de dollars à l'Ukraine par le biais des institutions financières habituelles. Le "sauvetage" de l'Ukraine par la mise sous tutelle de l'Ukraine par le F.M.I. et la Finance. La ruine du pays suivra pourtant même avec cet argent (une "carotte"), à n'en pas douter...
-Outre les catholiques, et gréco-catholiques nationalistes ukrainiens, la minorité Tatare de Crimée (10% de la population péninsulaire) est utilisée par l'union des "complotistes" de l'intérieur et de l'extérieur pour s'opposer à la populations russe (60% de la population criméenne) de la région. Les oligarques euro-atlantistes pratiquent là un de leurs jeux préférés : manipuler et opposer les différents groupes ethniques et/ou religieux au sein des Etats constitués. (voir les guerres yougoslaves des années 1990)


III- Ce qui pourrait survenir en cas de non-réaction de la Russie ( peu probable ?)

Si les forces russophiles et démocratiques de la partie Est et Sud-Est de l'Ukraine et la Russie ne réagissent pas à ce coup d'Etat. Si une coalition (sans doute hétéroclite-> union nationale : des libéraux aux éléments nationalistes et fascistes (C) ) anti-Russes s'installe durablement à Kiev, parmi les conséquences on peut craindre :
-La perte catastrophique pour la Russie de la Crimée, des bases navales de la mer Noire de la Flotte de la Fédération de Russie. Par suite, la mise en place de bases de l'OTAN dans cette zone. La Flotte de la mer Noire est basée dans le port de Sébastopol qui appartient en partie à la Russie (14 000 militaires et 380 bâtiments de guerre). Mais on voit mal les Russes déguerpir avec leurs sous-marins sous le bras. De toutes façons, il existe un accord entre l'Ukraine et la Russie concernant la gestion d'une partie du port de Sébastopol...Les Russes sont, en réalité, chez eux à Sébastopol, mais, sait-on jamais...
-La création de centres de formation pour les terroristes (la Crimée a déjà son lot d'islamistes) basés en Ukraine et financés par l'administration étasunienne, l'Arabie Saoudite et les Emirats pour gangréner un peu plus le Caucase et  le bassin de la Volga, donc la Russie...   
-Un naufrage économique de l'Ukraine déjà lourdement endettée et en quasi-faillite. La Russie refusant désormais de venir en aide à Kiev suite au changement de gouvernement (seul 3 des 15 milliards de dollars d'aides prévus avant la crise ont été versés). Développement exponentielle de "mafias", malgré l'intervention d'un F.M.I. (cf. partie 2) qui a "fait ses preuves" en Grèce par exemple...
Un scénario à la "yougoslave" en somme :  une Ukraine toujours divisée socialement, ethniquement et sur l'appartenance religieuse. A la faveur du chaos déjà réel dans l'ouest du pays,  une épuration ethnique et l' élimination physique des populations russophones dans l'est et le sud de l'Ukraine, provoquant des déplacements massifs de populations. Soit une ukrainisation forcée de la partie orientale et sud du pays. La destruction progressive de toute empreinte de la religion chrétienne orthodoxe en Ukraine orientale notamment. Autrement dit : la guerre.


IV- Ce qui pourrait arriver si la Russie réagit en coordination avec les forces légalistes pro-russes

-Prise de pouvoir en Crimée (République autonome d'Ukraine) par les forces d'auto-défense pro-Russes (les Russes y sont majoritaires). Ce jeudi 27 février 2014, le parlement a un nouveau président pro-russe du parti des Régions de Ianoukovitch. Le drapeau russe flotte sur le parlement de Crimée à Simferopol. Le parlement s'est réuni le 27 février pour fixer la date d'un référendum à propos du statut de la Crimée. Et le pouvoir central provisoire de Kiev ne semble, donc, pas maîtriser la situation dans la péninsule à ce jour. La population pro-russe s'organise de manière autonome et défie le pouvoir central. Plus qu'une autonomie accrue de la péninsule, va-t-on vers une sécession de celle-ci avec le reste de l'Ukraine ?
-La Russie et les Ukrainiens(-Russes) hostiles aux formations qui souhaitent diriger l'Ukraine s'accordent donc  pour sauver la Crimée des mains du nouveau pouvoir à Kiev. Intervention directe de l'armée russe pour protéger la zone (Sébastopol...). Dans ce cas, il est à peu près certain que ni les Etatsuniens ni l'Union européenne ne se permettront de contrer militairement la Russie ; une troisième guerre mondiale étant quasiment assurée dans le cas contraire. Mais, déjà ces insupportables donneurs de leçons américains mettent en garde, sans aucune honte : "Toute intervention militaire qui violerait la souveraineté, l'intégrité territoriale de l'Ukraine, serait une grave erreur" (John Kerry, février 2014). Alors que ce sont les Etats-Unis qui sont largement impliqués dans ce coup d'Etat en Ukraine...
-Des mouvements de troupes russes à l'ouest et au centre de la Russie sont, par ailleurs, en cours (27/02). Cela n'a rien d'exceptionnel. Mais dans ce contexte de crise, ce qui s'apparente pour l'instant à une démonstration de force, mènera-t-il à une invasion d'une partie du territoire ukrainien par l'armée russe (autant dire entrée en guerre contre l'Ukraine et les forces de l'OTAN). Mais, sans doute, que la dramatisation n'est pas de mise ?!...
-A court terme : création de deux entités. La première : L'Ukraine ukrainienne de l'Ouest formée sur la base d'une légitimité vaguement historique (influence lituano-polonaise), la seconde passerait définitivement sous protection russe, sous la forme d'un Etat indépendant pro-russe (ou annexion-> peu probable) qui correspondrait donc à la partie est et sud-est du pays. Concernant, la deuxième entité territoriale, peut-être correspondrait-elle uniquement à l'actuelle Crimée. 
-Sur le moyen à long terme : Indirectement, les fauteurs de guerres euro-atlantistes et leurs pantins "orange" et  néo-nazis pourraient donner corps à une grande Russie : la partie orientale (et sud-est) ukrainienne rattachée à la Russie permettrait de faire la jonction jusqu'à la Transnistrie pro-Russe. Renforcement de l'axe ou de la ligne de front eurasiste : Moscou-Minsk-Simferopol-Tiraspol.
La  Russie serait alors plus forte que jamais depuis la dislocation de l'Union soviétique. Cela constituerait un véritable camouflet pour les forces impérialistes euroccidentales. On peut même imaginer que la création cette nouvelle fédération russe (tout au moins cette union pan-russe) porterait un coup d'arrêt aux manipulations eurotanesques en Europe centrale et orientale et à la stratégie d'encerclement de la Russie.







Carte front pionnier eurasien/eurasiatique, février 2014. Le front pionnier de l’Eurasie à la date du 27 février 2014 

En conclusion : Nous avons confirmation que la véritable Europe se trouve bien plus à Moscou qu'à Bruxelles. La "Troisième Rome" est un des centres de cette Europe charnelle et spirituelle (comme peut l'être la Roumanie malheureusement bien trop russophobe et fascinée par "l'Amérique") aux antipodes de cette Europe américaine pilotée par les techno-gestionnaires bruxellois aux ordres des guerriers de Washington aux mains pleines de sang. Les nations d'Europe occidentale autant que celles des ex-démocraties populaires n'ont rien à gagner à rester sous la domination matérialiste impéraliste molocho-mammonite actuelle....
Enfin, être dans le "camp russe" (puisqu'il faut désormais raisonner en ces termes et sans donner de blanc-seing à Poutine) c'est s'opposer aux "marchands", c'est se positionner pour une Europe des nations souveraines qui veulent rompre leurs chaines imposées par leurs maîtres banquiers et européotanesques.

(A) source : Blumenthal (M.) "Is the US backing neo-nazis in Ukraine?", 24/02/2014,  http://www.alternet.org/tea-party-and-right/us-backing-neo-nazis-ukraine)
 (B) On signalera également, encore une fois, la bêtise crasse de certains nationalistes européens, notamment Français, qui ont applaudi au déboulonnage des statues de Lénine en Ukraine (ce vieux fond anti-communiste pathologique) par les insurgés anti-Ianoukovitch. Ces "natios" toujours à s'extasier devant n'importe quels ahuris sous prétexte qu'ils défient l'Union européenne (Aube Dorée en Grèce, le Jobbik ou l'irrédentiste Orban en Hongrie...) et qui appellent à "l'union de patriotes européens" sans même se poser la question si ces "patriotes" (au passage le terme patriote n'appartient sûrement pas à ces formations clairement néo-fascistes ou néo-nazies) partagent les mêmes intérêts.
 En effet, à titre d'exemple Orban et le Jobbik réclament les territoires perdus par la Hongrie, notamment la Transylvanie et s'opposent par incidence aux mouvements nationalistes roumains (Parti de la Grande Roumanie, Noua Dreapta/Nouvelle Droite) qui portent une haine atavique à l'égard des Magyars de "l'intérieur" et de "l'extérieur". Pareillement, quelle entente possible entre les néo-oustachis croates, les partisans d'une Grande Albanie incluant le Kosovo et les nationalistes serbes ?
Il n'y a évidemment pas de possibilité d'union de TOUS les "patriotes", ou alors de manière tout à fait ponctuelle. Dans tous les cas, cette "union des patriotes européens" ne peut se faire qu'une fois débarrassée de ses stupides éléments racistes et irrédentistes et devrait nécessairement être un "front" créé sur  une base socialiste et religieuse (le projet communiste athée, plus grand monde n'en veut d'ailleurs) et non crétinement ethnique. Il faudrait aller vers la construction d'une "théologie de la libération européenne ou eurasiatique" en somme...
(C) Les libéraux finiront-ils par marginaliser, au moins, les éléments extrémistes qui ont participé au coup d'Etat ? Rien n'est moins sûr...

samedi 1 février 2014

Ukraine : nouvelle agression impérialio-messianique au coeur de l'Europe



I-L'administration étasunienne et les ONG manipulent les "Euro-maïdan"



Les barbares de Washington-Bruxelles(-Berlin) sont une nouvelle fois complices, sinon les fomenteurs, d'une guerre civile, cette fois en Ukraine. Ils propagent encore le choléra "orange-brun", nouvelle tentative, cette fois-ci plus musclée de faire tomber, un régime dorénavant favorable à la Russie. 


Qu'ont à voir les Etasuniens dans cette histoire ? C'est simple. Ils ont "partout". Relisons d'abord ce qu'écrivait Zbigniew Brzezinski dans son ouvrage "Le Grand Echiquier" (1997) : " Sans l’Ukraine, la Russie cesse d’être un empire, mais elle le devient automatiquement avec une Ukraine subornée, puis subordonnée ". Mais aussi "l'Eurasie reste l'échiquier sur lequel se déroule la lutte pour la primauté mondiale (...) quiconque contrôle ce continent contrôle la planète". L'objectif des Etasuniens est avoué et parfaitement clair. Encercler la Russie, contrôler le Rimland. Tels sont les buts de la puissance thalassocratique étatsunienne. Un "bloc eurasiatique" uni porterait un coup d'arrêt à la politique impérialiste etasunoccidentale. En décembre, le sénateur républicain et ancien candidat à la présidentielle américaine John McCain était en Kiev et a déclaré aux insurgés pro-euro-atlantistes (1) qu'ils avaient "le soutien des Etats-Unis"C'est ce même cow-boy qui, en Lybie en 2011, avait appelé les Russes "à s’armer et à tuer Poutine comme l’avait été Kadhafi"...Cela ne fait que confirmer les buts de dominations avoués par Brzezinski.
L'Association Project on Transitional Democraties qui a financé toutes les "révolutions colorées'" (Ukraine, Georgie, Kirghizstan) s'appuie sur l'USAID ( Agence des Etats-Unis pour le développement international), et des ONG (Fondation Soros, Freedom House) pour "arroser" de millions de dollars les activistes anti-russes favorables aux intérêts atlantistes, mais aussi la "presse d'opposition indépendante" (sic), et les instituts de sondages lors des échéances électorales...Ces organisations sont évidemment toujours actives en Ukraine. 
II-Une Ukraine indispensable à la Russie et aux Etats-Unis...




Sans l'Ukraine (pour les Russes le peuple ukrainien est un peuple frère), la Russie perd un accès à la Mer Mediterranée et aux "mers du sud" via la Mer Noire (importance de la Crimée). Plus de 60% des échanges commerciaux ukrainiens se font avec la Russie. La question énergétique est aussi centrale dans la relation entre les deux Etats. Si on change d'échelle, on sait que la Russie essaie de créer une entente, en partie réalisée, avec d'anciennes républiques socialistes soviétiques : l'Ukraine, la Biélorussie et le Kazakhstan. En somme, les enjeux géopolitiques ou géostratégiques sont énormes pour la Russie et l'Ukraine orthodoxe russophone. 

L'Ukraine est donc bien au cœur de ce "nouvel" affrontement Est-Ouest (avait-il seulement cessé depuis 1991 ?). Les élections de 2010 ayant été un échec pour les nervis "orange-brun" suppôts de l'union euro-atlantiste, ces guerriers impérialistes appellent désormais à l'insurrection en Ukraine. Les EUA et l'Union européenne ont, en effet, perdu leur agent en 2010 : le président atlanto-européiste Viktor Iouchtchenko qui, au passage, a réhabilité durant son mandat la figure du nazi ukrainien Bandera (2). Les oligarques qui ont soutenu le président Ianukovitch tant qu'il allait dans le sens de leurs intérêts (tournés vers l'Euroccident) l'ont désormais lâché face à la volonté du chef d'Etat de défier Bruxelles et se tourner vers Moscou. Cette clique oligarchique soutient désormais les opposants au régime en place, et Vitali Klitchko est le nouveau poulain des barbares euro-mondialistes. 

III-Une géographie électorale reflet des clivages ethnico-religieux ukrainiens sur lesquels s'appuient les forces atlantistes

La géographie électorale de l'Ukraine atteste d'une division du pays.... sur laquelle les fauteurs de guerre habituels vont s'appuyer et... manipuler. Cette géographie électorale reflète assez bien les clivages socio-ethnico-religieux du pays. Les opposants à Ianukovicth résident majoritairement dans la partie ouest de l'Ukraine nationaliste, catholique qui est la plus occidentalophile. Dans la partie orientale chrétienne orthodoxe, la plus russophone et russophile, on trouve les meilleurs soutiens au chef d'Etat actuellement en place. Une zone orientale à la culture ouvrière fortement enracinée et plutôt nostalgique de l'Union soviétique. Le centre de l'Ukraine est quant à lui peuplé de populations de religion grecque-catholique ou uniate. 


Document 3 : carte ethnolinguistique de l'Ukraine
  

La stratégie du nation building pourrait fonctionner encore une fois dans ce contexte ukrainien.

Et, même si Poutine semble mépriser le président actuel le trouvant bien trop affairiste et manipulateur à son goût, la Russie a bien compris le danger de laisser-faire ces factions séditieuses téléguidées par Washington et leurs sous fifres d'Europe occidentale. 

IV-Le monde chrétien orthodoxe est une des cibles privilégiées du bloc euro-germano-étasunien 


Des contre-révolutions de la fin des années 80 dans les démocraties populaires et URSS à la crise ukrainienne actuelle en passant par l'agression militaire contre la Serbie ("une agression du plus pur style hitlérien " selon Zinoviev) par le bloc euro-germano-étasunien, les mêmes acteurs sont à la manoeuvre.

Alors pourquoi cet acharnement de la part des barbares anglo-saxons, germains et de leurs sous-fifres ?
Parce que les valeurs de l’orthodoxie chrétienne sont incompatibles avec le projet messianique de "nouvel ordre mondial". Zbigniew Brezinski, élément majeur de l’Etat profond étasunien affirmait, par exemple, en 2007 que : "Le principal ennemi de l’Amérique est désormais l’Eglise orthodoxe russe".

N'en déplaise aux matérialistes (marxistes ou bourgeois) purs et durs, l'orthodoxie chrétienne est le ciment de nombreuses nations est-européennes. C'est bien l'appartenance religieuse et donc ce vieux fond pagano-chrétien orthodoxe propre aux civilisations rurales d'Europe centrale et orientale qui prime sur la conscience de classe, malgré l'arrogance des nouvelles aristocraties d'argent qui ont émergé dans ces pays dans les années 1990 et malgré toutes les humiliations subies par ces populations du fait de l'avènement du capitalisme sauvage. Ce sont peut-être les valeurs de l'orthodoxie chrétienne qui seront le fer de lance des révolutions anti-capitalistes futures dans ces ex-démocraties populaires et en Russie...et qui gênent, de fait, les matérialistes bourgeois euroccidentaux.

Ici, l'analyse marxiste montre donc toutes ses limites. Les attaques de natures diverses (par la guerre civile larvée ou la séduction/protection de l'OTAN-UE) à l'encontre d'Etats de culture chrétienne orthodoxe sont une constante. Que nous le souhaitions ou non, nous sommes face à un conflit civilisationnel et nos médias et politiciens euro-étasuniens veulent d'ailleurs absolument nous convaincre de sa réalité. Certains en ont décidé ainsi. Lire la situation actuelle en Ukraine à la lumière de cette grille de lecture ne signifie pas souhaiter ou adhérer à ce "choc". Force est d'admettre, pourtant, que c'est bien cette vision géopolitique qui guide la politique étrangère étasunienne aujourd'hui (3). Plus que des sytèmes économiques ou des "modes de production" antagonistes qui s'affronteraient, c'est bien un impérialisme matérialiste euroccidental (on incluera les Etats matérialistes arabo-wahabites) qui a pour projet de détruire un monde spiritualiste (malgré l'imprégnation de l'occidentisme capitalo-communiste dans l'aire civilisationnelle est-orthodoxe) de type chrétien orthodoxe (et en partie mulsulman).

En conclusion : des questions.

 Jusqu'où iront ces agents subversifs américains, leurs amis nazis manipulant bon nombre de ces manifestants pro-UE ? Comment réagira la Russie si le président actuel est destitué au profit de Klichtko ou tout autre nervi euro-atlantiste ? Se dirige-t-on vers un scénario à la Yougloslave ? Plus encore. Les Etats-Unis ruinés, au bord de l'implosion et du chaos social veulent-ils porter -avec la complicité des l"Europe communautaire- la "guerre civile" en Europe qui leur permettrait de sauver leur système militaro-totalitaire et le culte du veau d'or ?


(1) Qui se pose la question de savoir pourquoi des Ukrainiens auraient massivement le désir de rejoindre une Europe communautaire à l'agonie ?
(2) Bandera est la figure tutélaire du parti Svoboda, parti national-socialiste qui fait partie de la coalition hétéroclite hostile au pouvoir actuel.
(3) Précisons, toutefois, qu'Huntington ne mentionne pas originellement la "civilisation orthodoxe" et qu'il souhaitait une politique étrangère US pro-russe au début des années 90. En outre, la Grèce incluse dans le monde euro-étasunien selon ce même géopolitologue est fortement liée au monde chrétien héritier de Byzance. Ajoutons qu'Huntington réduit le "monde musulman" à un bloc uni, ce qui ne correspond pas à la réalité objective. En somme, on ne peut pas dire que les administrations américaines (et l'Etat profond) aient suivi à la lettre ce que le politologue préconisait.