: Jean-Michel Lemonnier, bloc-notes: communisme
Affichage des articles dont le libellé est communisme. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est communisme. Afficher tous les articles

mardi 8 septembre 2015

Le voyage inhabituel de Séraphim(a) (film d'animation russe)

Si on doit se fier à certains commentaires postés à la suite de cet extrait video présent sur Youtube, on se dit que le Russe moyen est, de toute évidence -ça doit se jouer à peu de choses-, aussi con que le Français de base...Mais on ne s'y fiera pas...
Il est inimaginable, par ailleurs, qu'en France un tel film (visible en ligne mais je ne donnerai pas l'adresse...), d'une part sorte en salle et d'autre part puisse recevoir le soutien financier d'un ministère de la culture. 



jeudi 4 juin 2015

Entretien avec Lucien Rebatet - "Les décombres"

"Jules Renard, dont j'aime à croire qu'il n'eût jamais été un socialiste à la mode du Front Populaire, disait trente ans plus tôt aux Buttes-Chaumont : “Oui, le peuple. Mais il ne faudrait pas voir sa gueule”. Les dieux savent si on la voyait ! Ça défilait à tout bout de champ, pendant des dimanches entiers, sur le tracé rituel de la République à la Nation. Il y avait les gueules de la haine crapuleuse et crasseuse, surtout chez les garces en cheveux. Il y avait encore à profusion le prolétaire bien nourri, rouge, frais et dodu, dans une chemisette de soie, un pantalon de flanelle, d’étincelants souliers jaunes, qui célébrait avec une vanité rigolarde l'ère des vacances à la plage, de la bagnole neuve, de la salle à manger en noyer Lévitan, de la langouste, du gigot et du triple apéritif. Le peuple, dans ces revues, était entrelardé de cohortes maçonniques, arborant d'incroyables barbes toulousaines, et des bannières, des ceintures, des scapulaires bleus et roses de congréganistes, sur des ventres de Tartarins ; ou encore d'escouades d'intellectuels, les penseurs de mai 36, dont l'aspect me mettait un voile rouge devant les yeux, les vieux pions de Sorbonne, les suppôts à lorgnons et barbiches de toute la suffisance primaire, bras dessus bras dessous avec tel homme qui avait eu du talent et qu'on reconnaissait avec un étrange dégoût dans ces chienlits" (Rebatet L. (1942, édit. 1952),  Les décombres).

Rebatet, en voilà un qui n'a jamais fait semblant de l'aimer...le peuple...

En ce qui concerne l'entretien, quelle qualité dans l'échange ! Et le niveau de langue ! On entend, en outre, un Jacques Chancel qui ne partage évidemment pas les orientations politiques de Lucien Rebatet, toujours respectueux de son hôte. Impensable qu'un tel débat puisse avoir lieu aujourd'hui, Il n'y a qu'à écouter ces animateurs-publicistes analphabètes, parfaitement incultes, porteurs d'une effarante vulgarité...et leurs invités...


.