: Jean-Michel Lemonnier, bloc-notes: indo-européens
Affichage des articles dont le libellé est indo-européens. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est indo-européens. Afficher tous les articles

lundi 23 février 2015

L'antichambre de l'Enfer (1987) à la lumière des traditions populaires (la Légende de la Mort-Anatole Le Braz) et de quelques élements mythologiques européens

Film L'antichambre de l'Enfer - L. Bava - 1987
L'histoire est résumée ici

"L'antichambre de l'Enfer" au regard du fond mythologique européen

Selon la tradition populaire bretonne, la route de l'Enfer est "jalonnée de quatre-vingt-dix-neuf auberges" et "dans chacune d'elle, on doit faire une étape de 100 ans" (La légende la Mort, Le Braz, Chapitre XXI, L'Enfer). Le thème de l'auberge tenu par un être qui appartient aux puissances chthoniennes (par opposition à ouraniennes, célestes ou disons solaires), à la catégorie des êtres souterrains au sens d'infernaux est repris dans ce film. A l'évidence, derrière le patron de l'auberge on devine la Mort en personne, c'est l'Ankou des Bretons ou le Thanatos grec. L'Ankou (voir Ogmios), indifféremment  personnification de la mort, oberour ar maro, l'ouvier de la mort, le dernier des morts de l'année de la paroisse devient l'Ankou pour cette paroisse pour l'année suivante, serviteur de la mort mais aussi considéré aussi comme le plus grand des dieux (de Bretagne) : Jésus-Christ s'y est soumis comme n'importe qui d'autre...L'Ankou est une entité psychopompe guidant les âmes. C'est ce que fait l'aubergiste qui ouvre le chemin vers l'antichambre (vague rappel du vestibule de l'Enfer, ou de l'ante-Enfer chez Dante) mais laisse ensuite le héros, bien vivant cependant, (suivi par ses amis peu après) poursuivre son chemin en solitaire jusqu'à la crypte profanée. A noter qu'une des héroïnes qui participent à la quête interroge le groupe : peut-être, sommes-nous morts...Dans le film, l'Ankou (la mort) prend donc les traits d'un aubergiste, physiquement repoussant, cheveux blancs filasseux et visages émacié, bien humain en apparence, et se dévoile aux héros à la fin de leur périple. L'aubergiste jette le masque (au sens propre : il arrache son masque d'humanité) et se présente face aux héros avec une faux, un des attributs possibles de la Mort.

Du temps banal ordinaire au temps fabuleux, catabase et anabase, espaces de qualités différentes et esquisse d'une géographie d'un monde suprahumain

Le passage d'un milieu ou d'un espace à un autre est consubstantiel à la modfication de la qualité du temps. Les héros évoluent au sein d'un espace ordinaire, moderne ou postmoderne, profane sans éléments de sacralité, en l'ocurrence une petite ville "occidentale" de la fin du XXe s. et pénétrent peu à peu dans des espaces de qualités différentes. Basculement progressif et irruption de l'irrationnel : passage par la forêt, territoire d'innombrables mythes européens (et extra-européens) qui représente une première plongée dans l'inconscient puis découverte d'un édifice en ruine (château), d'une auberge, de catacombes, crypte et sépulcre, peuplés d'êtres surnaturels. On va du monde des hommes, des vivants à celui des morts des êtres de l'univers suprahumain, des esprits tout comme on passe du temps familier, banal de l'homme postmoderne à un temps fabuleux, merveilleux, sinon sacré et désormais, le plus souvent, difficilement accessible à l'homme de condition moderne.
On ne s'attardera pas ici sur l'évolution de la nature des Enfers dans la tradition mythologique/religieuse indo-européenne : de lieux destinés à tous les morts, on passe à une différenciation des différents espaces infernaux sous l'influence de certains auteurs greco-latins. On dira seulement que le thème de la descente aux enfers, archi-classique, dans la mythologie indo-européenne est bien présent dans le long-métrage. Et c'est peut-être là l'essentiel. Le héros (ou les héros) doit descendre dans l'antichambre de l'Enfer, espace intermédiaire entre le monde des vivants et l'Enfer (dans le sens des religions monothéistes) sans y accéder car une fois entré en ce lieu de damnation éternelle, il est impossible d'en revenir. 
Le héros par la descente dans les mondes souterrains imite un acte exemplaire effectué par un ancêtre mythique, la régression ad infernum (qui est une régression ad uterum, dans le ventre de la Terre ? Par christianisation le monde tellurique serait devenu infernal, ce qu'il n'était pas auparavant) mais également une plongée dans l'inconscient, mythico-religieux. Le premier du groupe  à relever le défi de la descente suivi de ses amis accepte, de facto, de renouer avec la dimension religieuse de son être.

On pense à Orphée, Enée, Pythagore (évidemment Jésus-Christ) mais plus encore à Ulysse qui s'approche des enfers sans y pénétrer. Ici est l'archétype de la répétition. Par l'imitation et par la régression, le héros devient ainsi contemporain du héros mythique qui a effectué ce trajet in illo tempore, à ce moment là, alors...
Mais, avant cette immersion dans les entrailles de la terre, territoire traditionnel des esprits, des démons, des âmes en peine le héros doit s'acquitter d'une somme d'argent. La référence à l'obole due au passeur d'âmes est assez explicite. Sauf que, le thème est très dégradé. Le héros qui souhaite relever le défi de la catabase ne paie pas pour l'âme du mort mais pour pouvoir participer à une quête : descendre sous terre et affronter des entités maléfiques ou simplement damnées ou âmes errantes (les anaon) qui attendent d'entrer définifivement en Enfer ou condamnés à rester à cet endroit (cf. l'ante-Enfer de Dante), dans l'espoir d'obtenir une récompense : un trésor. Une quête que personne n'est encore parvenu à réussir. 
Le héros puis les héros rencontrent dans cette "antichambre" les différentes créatures mythologiques classiquement présentes dans les récits mythico-légendaires : spectres, morts-vivants, vampires d'origines indo-européennes (cf. : strigoi, moroi mais aussi vârcolac en Europe orientale etc.), etc. La résurrection périodique des morts est également un élément participant de ce tableau macabre. Syndrôme des Temps derniers ?
En outre, cet espace subterrestre n'est pas uniforme : catacombes-sepulcre, ancien lieu de culte profané, "maison de morts" dans laquelle sont présents les membres d'une famille qui sortent de leurs cercueils pour prendre un repas composé d'abats humains. L'espace des profondeurs propre à ce monde des damnés est donc hétérogène. 
Un des protagonistes fait référence à M. C. Escher au moment où le groupe d'amis est déconcerté par une organisation de l'espace de profondeurs qui échappe à sa propre logique. Ce même personnage propose à ses compères d'abandonner toute référence à la géométrie euclidienne et de penser avec des notions différentes, d'abandonner leurs référentiels habituels : l'espace et le temps ne sont plus soumis aux mêmes règles. Les aventuriers doivent donc échapper à la montée et la descente perpétuelle (par une échelle) pour remonter à la surface et pour cela mettre en veilleuse l'élément rationnel de leur mode de penser et d'agir...Abandonner la logique formelle en quelque sorte mais surtout faire face à des paradoxes. Les lois physiques qui régissent l'univers sensible n'ont plus cours. Dans la lithographie de Escher, trois "univers" se croisent dans un seul espace, il y a six escaliers (deux échelles a priori dans le film) sur lesquelles des personnes venant de mondes différents peuvent se croiser, ce qui fait qu'un même escalier peut porter une personne qui monte et une autre qui descend mais en empruntant des marches différentes du même escalier ; cet état de fait se manifestant par des situations comme figurées sur le dessin : 


Maurits Cornelis Escher, 1953, Relativity
Par ailleurs, cette catabase n'est pas systématiquement suivie d'une anabase, d'une remontée à la surface. Mais dans ce cas présent, le héros (celui qui relève le défi de la catabase) et ses amis finissent par vaincre le temps (une nuit dans les entrailles de la Terre avec une perte de repères spatio-temporels) et les entités mais doivent encore combattre  la Mort (l'aubergiste-l'Ankou) qui trahit sa promesse. La Mort défaite, les héros sortent du ventre de la terre. Sont-ils morts à la vie profane, accèdent-ils à la vie nouvelle, passent-ils de l'adolescence à la vie adulte ? La fin du film ne laisse malheureusement rien penser de cela, c'est pourquoi elle est décevante... Elle ne laisse paraître aucun changement chez les personnages sortant victorieux de leur quête. En effet, le film s'achève sur une scène durant laquelle le  groupe d'amis qui a récupéré le trésor promis à celui qui serait en mesure de passer une nuit dans l'antichambre, est "cueilli" par la police pour avoir contrevenu à la loi humaine (vol, infractions au code de la route...)...En dehors de la satisfaction narcissique, bête et méchante, d'avoir "vaincu", les héros ne laissent rien montrer d'un quelconque changement de mode d'être, de conscience...

Le film reprend de manière très simplifiée, donc dégradée, le schéma narratif et la structure  du récit mythologique, initiatique

Enfin, un élement important permet de distinguer ce film avec un scénario calqué sur le déroulement du rite initiatique, du mythe authentique narré. Le héros est accompagné d'une bande d'amis (le héros n'est plus un et devient le groupe entier), il n'effectue pas sa quête sous la protection d'un dieu ou de puisances surnaturelles protectrices mais donc bien en étant simplement accompagné de quelques proches connaissances. Nous sommes donc plus proches du conte que du mythe en définitive.

Or donc, on pourrait simplement considérer le visionnage de ces films de genre (fantastique, horreur ou épouvante) de série B -il est vrai souvent de sombres navets- comme une activité vulgairement divertissante. C'est souvent le cas et c'est tout ce que demande le spectateur. Pourtant, parmi la masse des productions cinématographiques, outre le fait qu'un tel visionnage permet au spectateur de sortir du temps quotidien et banal à l'instar des héros de l'aventure qui effectuent une sortie "hors de l'histoire, on peut relever dans certaines oeuvres, des éléments et comportements appartenant à toute une mythologie, un légendaire, un merveilleux pagano-chrétien, conservant des structures mythico-religieuses parfois héritées des sociétés traditionnelles de la protohistoire qui permettent de donner une dimension supérieure à une telle distraction. Les motifs empruntés sont souvent superficiels, dégradés, réadaptés, "reconstruits" et appauvris mais ils sont bien là.  Ils sont dissimulés dans ceux-ci. Il suffit d'ôter la gangue spectaculaire qui les recouvre et faire peu de cas de toutes les indigences qui les obscucissent et les ridiculisent (comme ce matérialisme encore plus grossier que dans certains récits et représentations des traditions populaires) pour voir apparaître plus encore qu'un imaginaire, des schémas mythico-religieux (initiatiques) qui nous renvoient à notre propre histoire...une histoire non mise en scène...




mercredi 2 octobre 2013

Proposition de transcription orale de textes en langue proto-indo-européenne (v. 4500-2500 av. J.-C.)


"Le mouton et les chevaux" 
 "Un mouton qui n'avait pas de laine vit des chevaux, l'un d'entre eux tirant un chariot, l'autre portant une grosse charge, l'autre portant un homme et allant plus vite. Le mouton dit aux chevaux : 'Mon coeur souffre de voir un homme dirigeant des chevaux.'  Les chevaux dirent : 'Écoute, mouton, notre coeur souffre quand nous voyons ceci: un homme, le maître, prend la laine du mouton pour en faire un vêtement. Et le mouton n'a plus de laine. Ayant écouté cela, le mouton partit dans la plaine."

 La fable construite par le linguiste August Schleicher au XIXe s. qui tente de récréer un possible langage proto-indo-européen (P.I.E.) ou indo-européen commun. En s'appuyant sur les découvertes récentes sur le P.I.E, Andrew Byrd linguiste (Université du Kentucky) récite cette fable que l'on entend sur l'enregistrement. 
  

La version originelle de cette fable écrite par Schleicher. A comparer avec la version la plus récente (cf. supra) : 
 Avis akvāsas ka Avis, jasmin varnā na ā ast, dadarka akvams, tam, vāgham garum vaghantam, tam, bhāram magham, tam, manum āku bharantam. Avis akvabhjams ā vavakat: kard aghnutai mai vidanti manum akvams agantam. Akvāsas ā vavakant: krudhi avai, kard aghnutai vividvant-svas: manus patis varnām avisāms karnauti svabhjam gharmam vastram avibhjams ka varnā na asti. Tat kukruvants avis agram ā bhugat.

 Un autre texte récité par le même Byrd. Basé sur un passage du Rig-Veda ou livre des hymnes, un des quatre grands textes sacrés de l'hindouisme (le plus important). Cantiques rédigés en sanscrit védique : H3rḗḱs dei̯u̯ós-kwe H3rḗḱs h1est; só n̥putlós. H3rḗḱs súhxnum u̯l̥nh1to. Tósi̯o ǵʰéu̯torm̥ prēḱst: "Súhxnus moi̯ ǵn̥h1i̯etōd!" Ǵʰéu̯tōr tom h3rḗǵm̥ u̯eu̯ked: "h1i̯áǵesu̯o dei̯u̯óm U̯érunom". Úpo h3rḗḱs dei̯u̯óm U̯érunom sesole nú dei̯u̯óm h1i̯aǵeto. "ḱludʰí moi, pter U̯erune!" Dei̯u̯ós U̯érunos diu̯és km̥tá gʷah2t. "Kʷíd u̯ēlh1si?" "Súhxnum u̯ēlh1mi." "Tód h1estu", u̯éu̯ked leu̯kós dei̯u̯ós U̯érunos. Nu h3réḱs pótnih2 súhxnum ǵeǵonh1e. 


"The King and the God"
"Once there was a king. He was childless. The king wanted a son. He asked his priest: "May a son be born to me!" The priest said to the king: "Pray to the god Werunos." The king approached the god Werunos to pray now to the god. "Hear me, father Werunos!" The god Werunos came down from heaven. "What do you want?" "I want a son." "Let this be so," said the bright god Werunos. The king's lady bore a son."


Source : Archaeology Telling tales in Proto-Indo-European



L'étude des peuples indo-européens a fait l'objet de tellement de funestes récupérations politiques qu'il est presque devenu "suspect" aux yeux de certains idéologues de s'intéresser à ce thème. Évidemment (et encore une fois), nous nous moquons bien de savoir ce que peuvent penser les intégristes de tous bords,  au sujet d'une personne s’intéressant (en tant que chercheur qualifié, passionné, dilettante ou en simple curieux)  à ce vaste sujet qui amène à se pencher autant sur la linguistique, que  l'archéologie ou encore l'anthropologie. Et encore une fois on se demande bien en quoi le fait de s"intéresser à ses racines (très) lointaines serait systématiquement une marque de mépris ou de rejet envers d'autres "racines" différentes des siennes. Mais passons. Faisons donc le pari de l'intelligence du lecteur...
  
J'en finirai avec ces remarques liminaires en reprenant cette phrase dite par une professeur d'histoire : "Dieu seul sait d'où nous venons et encore il doit bien s'y perdre dans tout ça". Le "ça" fait évidemment référence aux migrations, invasions, colonisations, métissages avec des peuples non Indo-européens (rencontre avec les peuples mégalithiques en Europe ou avec les mélanésiens en Inde par exemple) que les peuples indo-européens dans leur totalité ont subi ou accompli au fil des millénaires et à la difficulté de pouvoir connaître ses origines exactes en tant que peuple et encore plus en tant que personne (a). Les travaux en génétique confirment évidemment cette intuition. Autrement dit, les thèses racialistes se servant des études indo-européennes pour mettre en évidence l’existence d'un type anthropologique indo-européen "supérieur et pur" sont nulles et avenues. 

 Or donc, on ne peut guère évoquer le sujet des études indo-européennes sans bien sûr rappeler l'apport fondamental du comparatiste, philologue, mythologue Georges Dumezil dans la compréhension du mode d'organisation, de fonctionnement des sociétés indo-européennes. Dumézil a en effet montré que l'organisation tripartite des sociétés indo-européennes était la traduction de  la structure des mythes de ces mêmes peuples. De surcroît, on sait grâce à Georges Duby que les sociétés médiévales européennes, d'Ancien régime plus généralement, ont hérité de cette organisation trifonctionnelle. Enfin, on aurait donc du mal à se passer de l'apport des études indo-européennes pour comprendre l'histoire des sociétés européennes jusqu'à la révolution française qui marque véritablement la dispartion de ce type d’organisation sociétale.

Concernant le P.I.E.
Il n'existe aucune trace écrite en langue indo-européenne commune (ou P.I.E.). De fait, les retranscriptions présentées ci-dessus se basent sur l'ensemble des travaux en linguistique comparée mais aussi l'archéologie et donc sur différentes hypothèses et spéculations de chercheurs depuis le XIXe s. Pour resituer l'origine de cette quête de recherche d'une langue à partir de laquelle seraient issues des "langues filles", on peut remonter aux XVIe s. et XVIIe s. avec les premières hypothèses émises quant à l'existence d'une langue mère génitrice de nombre de langues eurasiatiques.  Mais cette reconstitution du P.I.E. reste partielle.

En ce qui concerne, le foyer primitif ou aire de répartition originelle des Indo-Européens, plusieurs hypothèses ont été émises :
1) "L'hypothèse Kourgane" (culture de Samara) proposée par Marija Gimbutas  (citée par Eliade dans son dictionnaire des religions) qui situe les Indo-Européens non différenciés dans la steppe Pontique (nord de la mer Noire) avant le début des migrations/invasions guerrières initiées à partir de 4000 av. J-C. Dispersion dans trois directions majeures : L'Inde, l'Europe occidentale et l'Anatolie.
 C'est l'hypothèse couramment acceptée.


Foyer originel (culture de Samara) en violet et expansion des Indo-européens primitifs selon l'hypothèse kourgane 



2) "L'hypothèse anatolienne" : le foyer originel serait la Turquie. La diffusion Indo-Européens (et du P.I.E./langues) aurait débuté vers 8000 av. J-C sur un mode plus pacifique que selon l'hypothèse précédente et cela en même temps que l'agriculture (Colin Renfrew).

Récemment des biologistes (!) ont tenté d’évaluer quelle hypothèse serait la plus plausible. Les résultats sont en faveur de l'hypothèse anatolienne.
 Nature-A turkish origin for indo-european languages
http://language.cs.auckland.ac.nz/

Utilisation de la méthode de "Monte-Carlo par chaînes de Markov", incompréhensible pour le commun des mortels (dont l’auteur du présent article évidemment) pour bâtir cette hypothèse. On peut, au moins, considérer que la méthode qui consiste à s'inspirer des théories de la biologie évolutive pour comprendre l'évolution des langues est contestable. L'analogie entre un gène  (ou un virus) et une langue étant "douteuse".

 
Animation relative à cette théorie


 3) "L'hypothèse balkanique" voir ici : Origine des Indo-Européens dans le sud-est européen
 


IndoEuropeanTree
                                  Classification des langues indo-européennes en l'état actuel des connaissances
  



(a) on ne parle évidemment pas ici de la "simple" recherche généalogique qui ne peut guère nous permettre dans le meilleur des cas que de retrouver une filiation depuis la fin du XVIe s., exception faite du cas de personnes issues de certains milieux sociaux/castes.