: Jean-Michel Lemonnier, bloc-notes: narcissisme
Affichage des articles dont le libellé est narcissisme. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est narcissisme. Afficher tous les articles

samedi 9 janvier 2016

Cinéma, "sciences" et narcissisme

En regardant cette espèce de navrant navet, narrant l'histoire de la création de Wikileaks par Julien Assange et son copain, je repensais à un autre gros déchet cinématographique "Will hunting" (Matt Damon). Dans les deux cas, l'histoire est fondamentalement la même : celle d'une grosse brêle mégalomaniaque, devant laquelle le monde entier s'angenouille (quelle scène que celle où le professeur supplie l'élève de lui donner le résultat de son travail : "Seigneur, prends pitié de moi, donne-moi le résultat de l'équation !"). Dans notre monde où le "narcissisme secondaire" est devenu la plus terrible des pathologies, ce genre de films ne peut que séduire ces troupeaux de millions de cons qui fantasment  leurs capacités intellectuelles réelles. On remarquera, par ailleurs, que ce ne sont jamais des ascètes en révolte contre le monde moderne, dont la vie intérieure est très riche, qui sont mis en scène au cinéma. Comment serait-ce possible de toutes façons ? Un tel mode d'être au monde est difficilement dicible et parfaitement inconciliable avec les exigences et limites du cinéma. Pour complaire au gros bourrin de spectateur, faux cynique vrai naîf,  à qui on a volé la vie - c'est le principe même du spectacle -  à une époque où la science (comme la violence) est reine, quand tout a été consumé par le feu de l'agébrisation, il faut du "crakage" de codes, des formules de maths et autres résidus d'illusions métahysiques (voir Nietzsche) mais aussi de la baston ou des démélés avec la CIA, l'équivalent de la garniture qui sert à fourrer la dinde. La "bidoche", le produit fini, est alors moins sec...

jeudi 3 décembre 2015

Vampires psychiques

Qui n'a jamais estimé avoir perdu trop de temps avec ces baveux (mâles ou femelles), ces post-humains élevés par leur mère ou martyrisant leurs deux parents (ou seulement l'un des deux), de cette race dont on fait les meilleurs consommateurs et les plus toxiques parasites, parfois atteints du trouble du délire d'interprétation, qui s'écoutent parler ou se regardent écrire leur vie (et qui bien sûr ne s'intéressent pas à celle des autres), persuadés d'avoir quelque chose de fondamental, d'essentiel à dévoiler au monde ? Et encore, on pourrait faire un effort d'attention si jamais cela était fait avec style (Ah, le Grand Style romantique ou celui des anti-modernes, des réactionnaires aigris !). Mais non. On a avec cette engeance, systématiquement, le droit à un étalage de lieux communs d'essence névrotique sur d'épaisses tartines de narcissisme. 

Dans le domaine de la post-littérature, ça donne Christine Angot, Virginie Despentes ou Catherine Millet...De la baise petite-bourgeoise à laquelle on aime donner des dimensions cosmiques, des bruits de gros intestin irritable dont on voudrait faire des symphonies lyriques, alternativement "ça pète ou ça roucoule" ! Ces biographies de sous-préfets, ces confessions de notaires libertins, ces ragots de dame pipi éconduites ne devraient jamais franchir le périmètre des cabinets des psys.

 Malheureusement, ces vampires psychiquesqui profitent très facilement de l'empathie leurs interlocuteurs, immatures affectifs, éternels insatisfaits donc forcément agressifs, exhibitionnistes et indécents, incapables de se décentrer, de faire la différence entre eux et leur environnement à l'image du petit enfant s'imaginant omnipotent et qui une fois devenu grand n'aurait pas dépassé ses fantasmes archaïques, ont le désir (ah, ce foutu désir des soixantehuitards et de leurs rejetons idéologiques !) de se manifester. Alors, ça se répand, ça appelle en tapant du pied, ça se confie même quand personne n'a rien demandé...Leurs tromperies, leurs mesquineries, leurs mensonges, forcément foncièrement honteux ne peuvent, donc, avoir la virilité de ceux du Grand Bouc. On les prend la main dans le sac ? Ils répondent par une attitude de petite fille vexée à mort.

Une société composée de machines désirantes bercées par l'illusion de la possibilité de satisfaction de tous leurs désirs, de l'illimité, des identités mouvantes, de la table rase, tend naturellement vers le "fascisme". Ce n'est pas le vieux fascisme à pépé, c'est celui généré par les thèses du deleuzianisme et d'autres débris libidineux à la Michel Foucault. Du point de vue socio-politique, si le vote FN progresse, ce n'est pas à cause d'une poussée de fièvre nationaliste et d'un amour soudain pour la France d'un nombre de plus en plus important d'électeurs (ce qui en soit n'est pas condamnable), c'est parce que des franges entières de la population ont été exclues du marché du désir qui est aussi celui du Grand mensonge du "tout est possible". Et, ces exclus du "grand festin" veulent désormais leur part du gâteau...

vendredi 23 octobre 2015

Constantin Léontiev par Nicolas Berdiaev et commentaires...


"Nous assistons à la venue au monde d’une caricature qui défigure l’image des anciens hommes : l’Européen rationnel moyen, avec son grotesque vêtement, que le miroir de l’art ne saurait même pas idéaliser ; un être à l’esprit mesquin qui se sustente d’illusions, frotté de vertu terrestre et de bonnes intentions pratiques ! Depuis le début de l’histoire, on n’avait point vu d’alliage plus monstrueux : jactance intellectuelle devant Dieu, et platitude morale devant l’idole humanitariste, uniforme et incolore. Humanité exclusivement travailleuse, impie, et dénuée de passions. Peut-on aimer une humanité pareille ? Ne doit-on pas haïr, non pas les hommes eux-mêmes, lesquels sont stupides et ont perdu le sens, mais l’avenir qu’ils se préparent ? Ne devons-nous pas le haïr de toutes les forces de notre âme, et même de notre âme chrétienne ?" Extrait de Constantin Léontiev par Nicolas Berdiaev, Berg international, 1993.Recueilli dans La Russie retrouve son âmenuméro de juin 1967 de la revue La Table rondehttp://www.biblisem.net/citatio/leontcit.htm

Léontiev fait partie de ces écrivains prophétiques. Comment ne pas adhérer à sa vision de la "modernité européenne" ? Comment ne pas penser avec lui que l'homme des modernités aux centres d'intérêt limités, à l'égo boursouflé, narcisse qui ne supporte pas la frustration et la critique, incapable de faire face son vide intérieur, n'est qu'un individu terne dont le prétendu individualisme n'est qu'un moutonisme, dont la singularité renvendiquée  (qui n'a jamais entendu ce fameux récurrent "je ne suis pas comme les autres" !) relève de la plus effroyable des banalités, et qu'absolument plus rien ne transcende. Comment le sentiment du sacré (voir simplement un peu d'"esprit") pourrait-il, de toutes façons, émerger d'une fosse à purin ? Or donc, le "pas comme les autres" n'est, dans la plupart des cas, qu'un pauvre type (pauvre femme) mal élevé(-e) qui pensant défier la norme en se comportant comme un porc (une truie), ne fait cependant qu'adhérer à celle-ci. 
A propos de gorets... le livre de Gilles Châtelet "Vivre et penser comme des porcs" sorti à la fin des années 90 du XXe s., aussi amusant dans sa forme que tragiquement réaliste sur le fonds, témoigne de la présence réelle de l'homo porcus en ce monde...On peut vérifier cet état de fait quotidiennement. 
Il s'ensuit que chez ce pousse-caddie la capacité d'émerveillement  devant la Création ne peut être que, de toute évidence, totalement absente. Pour paraphraser Clouscard qui, malgré le sentiment qui pourrait émaner  d'une lecture très superficielle de son oeuvre n'avait rien d'un anti-moderne ou d'un réactionnaire, le voyage au bout de la nuit, parsemé d'indigestes introspections, que revendique l'individu d'attitude moderne n'est, finalement, qu'une promenade pantouflarde dans le jardin des idées reçues...Ici, Clouscard rejoint Léontiev...
L'homme religieux est le seul à pouvoir assumer la totalité du monde, de l'existence y compris cet événement  angoissant qu'est la Mort. Savants et pseudo-savants reculent à l'évocation de cette dernière. Ils n'ont absolument rien à dire à son sujet...et ne veulent rien en savoir... Au mieux, peut-on s'attendre de leur part   à la récitation des éternels poncifs relativitives... relatifs à l'autonomie du sujet, la liberté de conscience (un pas de côté...). 

lundi 29 septembre 2014

Noblesse contre narcissisme

Les qualités et comportements nobles, de l'aristocrate de l'esprit : courage, discernement, empathie, sympathie, prudence, créativité, sagesse et solitude, éviter les discussions futiles et superficielles, par incidence les rencontres et les contacts stérilisants qui assèchent l'âme... 
Tout oppose le "noble" qui a conscience du tragique de l'existence, ne cherche pas à plaire, du narcisse, conformiste, toujours dans la séduction, qui ne s'intéresse à rien hormis à son "moi" dont il guette les moindres signes de décrépitude...à son petit confort matériel et intellectuel...un narcisse, anarchiquement isolé et prétentieusement vide comme le cosmos dans lequel il vit, qui, certes, peut taper du poing sur la table, avoir le verbe haut, faire preuve du plus grand mépris à l'égard d'autrui mais n'est qu'un agité, une bête traquée par ses peurs inavouées et qui tente d'échapper à son vide intérieur en étant toujours en mouvement...Le premier tente, même avec grand peine, de se conformer à son idéal de liberté, le second est pris d'une angoisse ineffable à la seule évocation du mot et préfére ricaner, se faire sarcastique, pragmatique et se "soumettre"...

vendredi 6 juin 2014

De l'athéisme, des croyants, du narcissisme, du monde moderne et du changement de paradigme....


Le plus stupide des hommes athées peut mépriser de toutes ses forces le croyant ou celui qui tente/vit une expérience du sacré selon différentes modalités, uniquement parce que les matérialismes (pratiques et philosophiques) ont triomphé et que cette victoire est sans partage. Le premier, aussi « terne » soit-il, aura toujours une ascendance sur le second car le monde moderne complote à sa « réussite ».
Je ne dis pas que seuls les croyants ont l’intelligence du monde, loin de là, car il s’en trouve, effectivement, ayant accumulé une bonne grosse couche de niaiseries, respectant une tradition dégradée par pure soumission, par peur.

Votre monde moderne est un désastre, un désert peuplé de méchantes petites vanités bavardes et d’airs supérieurs qui ne raisonnent pourtant que par slogans et automatismes (ils disent un jour, par exemple, « gauchisme » ou « fascisme » et ils le répéteront toute leur vie...) et dont l’univers mental est aussi peu fertile qu’une zone commerciale bitumée en sortie d’agglomération...En son stade final, il regroupe des masses coalisées, au mieux, en associations de défenses de consommateurs (ce que sont la plupart des partis politiques actuels). La traversée de la plus ou moins longue agonie de ces masses (leur vie) est balisée, fléchée, codée, de leurs les lieux de loisirs au chemin vers leur pavillon dortoir-mouroir jusqu’à celui vers le cimetière.

Il ne s’agit ni d’une voie de l’acceptation apaisée, de la transcendance, de la compassion, du malheur assumé, ni de celle de la révolte authentique, de la colère face aux injustices ou de la véritable transgression des normes qui mènent à la libération. C’est, au vrai, celle de la résignation (du « il en a toujours été ainsi » et même nombre de vos révolutionnaires professionnels sont sur cette voie) de l’immobilité pleine d’amertume, de rancœurs, de blessures, de colères sourdes, de bassesses, d’agacements, de piailleries, de petites excitations...

La monotonie du paysage est parfois rompue, il est vrai, par la présence de quelques bonnes âmes qui admettent l’ampleur de la catastrophe et comprennent la nécessité d’un changement de paradigme (par la voie de gauche ou par celle de droite, rien de « politique » à proprement parler,  j’ignore, de mon point de vue quelle est la bonne).

Enfin, la science aussi utile et pratique et souvent très« exacte » soit-elle dans ses applications/implications (et ne me faites le coup du discours « retour à l’obscurantisme », de la « théocratie », il ne s’agit pas de ça), ne dit rien du « réel », car elle ne sait toujours pas ce que c’est. Et, de fait, toutes les abstractions mathématiques possibles n’en disent rien. Vos « messies » modernes sont dans une situation d’impuissance totale sur la question du « réel », il vont uniquement là où leurs certitudes sur le monde les guident et guère plus loin... Ils ne savent pas, par exemple, si la matière est autonome, si la réalité s’arrête au monde sensible, où se situe la conscience et ce que c’est, sur ces questions ils n’en savent pas plus que mon quinquisaïeul illettré et ils n’en sauront jamais rien.

VOIR cet article :

http://jeanmichel-lemonnier.blogspot.fr/2014/05/le-cosmos-eurasiste-contre-le-chaos.html