: Jean-Michel Lemonnier, bloc-notes: théologie catholique
Affichage des articles dont le libellé est théologie catholique. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est théologie catholique. Afficher tous les articles

lundi 22 janvier 2018

Critique du discours autour d'une Expérience de Mort Provisoire (M. De Solemne)

   Bon. Elle raconte n'importe quoi. Je ne parle pas de son expérience mais de son discours sur les religions. "Tout ce que disent les religions est faux", "des gens exceptionnels comme Jésus, Bouddha ou Mandela"(sic)... Bref. Il faudrait déjà savoir ce qu'elle sait de ces religions mais ce qu'elle laisse deviner de sa culture sur le sujet semble assez catastrophique. Elle parle d’apophatisme mais est incapable de reconnaître de quoi ce qu'elle dit la rapproche. Elle utilise les mots "Lumière" et "Amour" mais affirme que ça n'a rien à voir avec le christianisme***.
    Elle décrit en fait une participation aux énergies divines incréées. On est en pleine théologie (orthodoxe) palamite. Mais bon, elle a aussi certainement peur d'effrayer le chaland en utilisant les mots qu'il faut et par là empêcher quelques ventes de bouquins...
***"Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu." (Jean, prologue), "Dieu est amour" (Jean)...

  Ailleurs, https://www.youtube.com/watch?v=5SLERnIOr7g (vidéo de 2017) elle parle d'une entité "Ilça"..eh oui ça s'invente...et ça sent la psychologie new-age...Mais bon, je crois que c'est représentatif d'une époque. Compenser sa propre ignorance (religieuse) par des substituts (psychanalytico-citoyennistes universalisants) niaiseux. Cette religiosité postmoderne, très individualiste (on remarquera qu'elle insiste beaucoup,à la suite d'autres, sur les capacités créatrices refoulées ou non développées de l'individu) est aussi "conceptuellement" d'une pauvreté affligeante.
    Et puis il y a toujours cette arrogance terrible, ce mépris haineux à l'égard des méchantes  religions instituées qui ont le monopole de l'intolérance. Bien que ces gens en soient totalement dénués (de haine et de colère), comme il s'agit des monothéismes, ils ont le droit de se lâcher un peu, c'est légitime...Toute la tradition des Pères (par ex. avec parmi eux d'authentiques mystiques), est foutue à la jaille parce que ces "explorateurs de l'au-delà" ont découvert LA vérité.

 Un des nombreux symptômes du libéralisme, de l'hyper-individualisme. 

Mais encore aussi un refus de jouir dans la domination du logos masculin...d'où l'émergence du mythos féminin pour le meilleur et souvent le pire (la spiritualité psycho-sexuée nouvel-âge à base d'âââmour et d'êtres intérieurs qui parlent et contestent les affreux dogmes des religions PATRIARCALES établies)...
  Sur l'au-delà, pour ce qui est des "témoignages" de trépassés...on lira plutôt avec grand intérêt les lettres de Pierre Monnier (7 tomes) et les messages de Roland de Jouvenel.




samedi 23 septembre 2017

Influence de la théologie augustinienne dans l'orthodoxie chrétienne en Transylvanie (exemple des fresques)

Extrait du livre de Jean Boboc, "La grande métamorphose. Éléments pour une théo-anthropologie orthodoxe", 2016. Livre majeur de et pour notre époque pour des raisons sur lesquelles il faudrait très longuement revenir, peut-être ici, un jour...Signalons que ce livre est absolument exceptionnel, novateur, bien loin des contorsions philosophiques-spectaculaires et des agitations littéraires bourgeoises stériles de notre époque...
Or donc. Dans ce passage, le père Jean Boboc, prêtre de la Métropole orthodoxe roumaine d'Europe occidentale et méridionale (MOREOM, diocèse du patriarcat roumain), docteur en médecine et en théologie rappelle cette contamination de l’Église orthodoxe par cette théologie catholique romaine (Augustin, Thomas d'Aquin, scolastique) et sa morale de refoulés à travers l'art sacré (qui ne l'est plus vraiment puisque dans ce cas parfaitement opposé à la théologie orthodoxe d'inspiration patristique, seule en mesure de produire un art sacré...).




Fresque d'une entrée (porche) de cimetière "ORTHODOXE" en Transylvanie (village Carpates méridionales). Le thème peint ne se réfère, en aucun cas à la théologie orthodoxe, finalement celles des Pères dits "orientaux" (des théologiens typiquement orthodoxes ont vécu en "Occident" : saint Irénée, Hilaire de Poitiers...). On est très loin du véritable art sacré, celui des icônes, fresques d'églises et monastères authentiquement orthodoxes... 
Aceasta fresca la intrarea într-un cimitir din România (Carpați) marturiseste despre contaminarea crestinismului ortodox român prin teologia romano-catolica si a moralitatii sale perverse. (JML, 2017). 

La théologie aristotelo-augustino-thomiste a largement -et ce durant des siècles- infesté l'Eglise orthodoxe roumaine. Présence de l'Empire austro-hongrois, monarchie allemande "roumaine" du XIXe s., "latinité" et politique de déshéllénisation de l'Eglise orthodoxe roumaine sous A. I. Cuza sont autant de facteurs ayant permis l'introduction des erreurs doctrinales d'un st Augustin ou d'un Thomas d'Aquin.
En ce qui concerne la période récente, c'est par transfert de milliers de clercs (prêtres, évêques) et de fidèles issus des Églises uniates greco-catholiques (interdites durant la période communiste) vers l’Église orthodoxe roumaine qu'une contamination massive s'est produite...